Au Lesotho, le Premier ministre confirme sa prochaine démission

Par AFP

AFRICA RADIO

Le Premier ministre du Lesotho Thomas Thabane a confirmé vendredi publiquement sa démission à une date qui reste à préciser, après sa mise en cause par la police dans l'assassinat de sa première épouse il y a deux ans et demi.

"Pour dire la vérité, j'ai pris de l'âge et mes forces me quittent, je vous annonce donc aujourd'hui que j'ai l'intention de me retirer, je vous ferai savoir quand l'heure exacte sera venue", a déclaré M. Thabane, 80 ans, lors d'une conférence de presse.Son parti, la Convention basotho (ABC), avait annoncé jeudi le départ du Premier ministre, pressé de partir depuis son implication dans le meurtre de son ex-femme.Lipolelo Thabane, 58 ans, a été tuée par balle en juin 2017. Le couple était alors en instance de divorce.Dans une déclaration sous serment récemment transmise à la justice, le chef de la police, Holomo Molibeli, a accusé M. Thabane d'être "impliqué" dans ce meurtre sur la foi d'écoutes téléphoniques qui l'ont localisé sur les lieux du crime.Le Premier ministre a dans la foulée limogé M. Molibeli, une mesure contestée par ce dernier devant la justice.Au pouvoir depuis 2017, M. Thabane n'a pas évoqué vendredi les accusations lancées contre lui."J'ai travaillé aussi longtemps que l'ai pu pour le bien-être des Basothos", s'est-il contenté d'indiquer, "même si je suis convaincu qu'il reste encore beaucoup à faire".Le Lesotho a une longue histoire d'instabilité politique, illustrée par des coups d'Etat militaires en 1986 et 1991.Frappé par le chômage, une épidémie de sida qui touche 23% de sa population de 2 millions d'habitants et un manque criant de services publics, le Lesotho, enclavé au milieu de l'Afrique du Sud, fait partie des pays les plus pauvres de la planète.