Aucune festivité pour célébrer le cinquantenaire des indépendances nigériennes

Par La rédaction

Ce mardi 03 août 2010 est la date des cinquante ans d'indépendance du Niger. Le pouvoir en place n'est pas d'humeur à commémorer cet anniversaire. Salou Djibo, président de la junte au pouvoir, peu après le coup d'Etat du 18 février 2010 sur Mamadou Tandja, en a décidé ainsi. Les raisons de cette décision, c'est que la famine guette le pays. Le Niger, ancienne colonie française est le deuxième producteur mondial d'uranium. Pourtant il n'assure pas le minimum vital à tous les nigériens.Sa situation géographique avec 80% du désert du Sahara et donc peu de terres arables ne facilite pas la situation. L'accès à l'eau est aussi très difficile dans tout une partie du pays.Ce pays est souvent la proie d'aléas climatiques tels que la sécheresse, invasions de criquets�?�Malgré cette situation, le secteur agricole qui occupe 39% du PIB mobilise 90% de la population. L'exportation de l'uranium vers la France représente la plus grande part de sa richesse extérieur.Salou Djibo actuellement au pouvoir lance un appel à l'aide internationale pour ne pas laisser ses compatriotes mourir de faim. La jeunesse africaine verrait certainement en bon exemple les dirigeants africains solidaires du Niger avant tout le monde, dans une perspective de renaissance africaine. Rappelons-nous les mots de la panafricaniste, Aïda Diombéra : « Africains soyons attentifs à ce que vivent nos voisins et soyons à leurs chevets à chaque fois que le besoin se fait sentir ». « Nous gagnerions à faire cela que de sillonner le monde avec l'argent du contribuable pour certains ou dilapider les deniers public en s'offrant un niveau de vie supérieur à la moyenne et en achetant les voix des électeurs ».« Union africaine, à tes marques�?� »Aïda Sakho