Dépêches AFP

Barrage sur le Nil: Sissi rejette la politique de "fait accompli" de l'Ethiopie

06 mars 2021 à 15h35 Par AFP
Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a critiqué samedi l'intention de l'Ethiopie de procéder à la seconde phase de remplissage de son mégabarrage sur le Nil, lors de sa première visite au Soudan depuis l'éviction de l'ancien président Omar el-Béchir en 2019. "Nous rejetons la politique qui consiste à imposer un fait accompli et à étendre le contrôle sur le Nil bleu via des mesures unilatérales sans tenir compte des intérêts du Soudan et de l'Egypte", a-t-il affirmé dans une déclaration diffusée par la télévision soudanaise.M. Sissi s'exprimait à l'issue d'entretiens avec le chef du Conseil souverain de transition soudanais, le général Abdel Fattah al-Burhane, et avec le Premier ministre Abdallah Hamdok.Le Soudan, l'Egypte et l'Ethiopie mènent depuis près d'une décennie des négociations concernant la gestion et le remplissage du réservoir du Grand barrage de la Renaissance sur le Nil bleu.Le projet lancé en 2011 est destiné à devenir la plus grande installation hydroélectrique d'Afrique.L'Egypte, qui dépend du Nil pour environ 97% de son irrigation et de son eau potable, considère le barrage comme une menace pour son approvisionnement en eau.Le Soudan espère que le barrage régulera les inondations annuelles mais craint que ses propres barrages ne soient endommagés si la seconde phase du remplissage est enclenchée avant de parvenir à un accord.Addis Abeba, qui avait annoncé en juillet avoir atteint son objectif de remplissage du barrage pour la première année, dit vouloir poursuivre le processus, qu'un accord soit conclu ou non.L'Egypte et le Soudan ont "convenu de relancer les négociations par une médiation quadripartite incluant l'Union africaine, les Nations unies, l'Union européenne et les Etats-Unis (...) afin de parvenir à un accord avant la saison des inondations", a déclaré M. Sissi.- Première visite -Cette visite à Khartoum, la première du président égyptien depuis la destitution de l'islamiste Omar el-Béchir en avril 2019, intervient au moment d'efforts pour renforcer les relations soudano-égyptiennes et au milieu de tensions entre le Soudan et l'Ethiopie autour d'une région frontalière contestée.Dans un communiqué publié à l'issue des entretiens, la présidence égyptienne a appuyé Khartoum sur ce différend dans la région frontalière d'Al-Fashaqa, où les agriculteurs éthiopiens cultivent des terres fertiles revendiquées par le Soudan. "Les récentes mesures prises par le Soudan pour étendre sa souveraineté sur ses frontières orientales avec l'Ethiopie sont conformes au respect par le Soudan des accords internationaux sur les frontières", a déclaré le porte-parole de la présidence Bassam Rady.Cette semaine, de hauts responsables des armées égyptienne et soudanaise ont signé un accord de coopération militaire, tandis que la ministre soudanaise des Affaires étrangères a également discuté du Grand barrage avec M. Sissi, selon Le Caire.