Bénin: Boni Yayi grâcie deux personnes condamnées pour offense au chef de l'Etat

31 janvier 2013 à 12h06 par La rédaction

COTONOU (AFP) - (AFP)

Le président béninois Thomas Boni Yayi a grâcié son ancien porte-parole et la directrice d'une chaîne de télévision privée, tous deux condamnés pour offense au chef de l'Etat, a-t-on appris jeudi dans un communiqué de la présidence.

Lionel Agbo et Berthe Cakpossa avaient été condamnés respectivement à six et trois mois de prison ferme, l'un pour avoir déclaré à la presse que le président béninois comptait "s'accrocher au pouvoir" et que son entourage direct était corrompu, et l'autre pour avoir diffusé l'intégralité de l'intervention de l'ex-porte-parole.

"Dans un souci d'apaisement,le président de la République (...)a décidé de retirer sa plainte et d'accorder (à Lionel Agbo) son pardon et sa grâce conformément aux prérogatives que lui confère la Constitution", indique le communiqué, avant de préciser que "cette mesure s'étend également à Madame Berthe Cakpossa, directrice de Canal 3".

Lionel Agbo, en fuite, n'a pas assisté au verdict de son procès, la semaine dernière et faisait depuis l'objet d'un mandat d'arrêt.Il est maintenant "invité (...) à prendre contact en toute quiétude et dans la jouissance de tous ses droits avec tous ses avocats en vue des modalités pratiques de mise en oeuvre de cette clémence présidentielle", indique le communiqué.

La Fédération internationale des journalistes (FIJ) s'est récemment élevée contre la condamnation de Mme Cakpossa."Cette condamnation est disproportionnée et ressemble à une manoeuvre pour réduire la presse à l'autocensure et au silence", a estimé Gabriel Baglo, le directeur Afrique de la FIJ, dans un communiqué."C'est un recul et un coup à la liberté d'expression dont le Bénin était jusque-là un champion en Afrique", a-t-il ajouté.