Bissau: la présidentielle s'est tenue à la régulière (organe de supervision)

25 novembre 2019 à 12h26 par AFP

AFRICA RADIO

L'organe supervisant la présidentielle en Guinée-Bissau a indiqué lundi que le premier tour de dimanche s'était déroulé à la régulière malgré les accusations de fraude proférées par le camp du président sortant, et que les premiers résultats devraient être annoncés mercredi.

"L'élection présidentielle s'est bien déroulée sur l'ensemble du territoire national", a déclaré à l'AFP la porte-parole de la Commission nationale électorale (CNE), Mme Felisberta Vaz Moura.Les décomptes des régions et des îles sont attendus mardi dans la capitale pour y être compilés, et les résultats provisoires devraient être annoncés mercredi, a-t-elle ajouté. "Nous sommes déterminés à tout faire dans la transparence", a-t-elle assuré.Les électeurs de ce petit pays d'1,8 million d'habitants étaient appelés dimanche à choisir leur prochain président parmi 12 hommes. La stabilité, indispensable pour combattre des maux comme la grande pauvreté, la corruption répandue et le trafic de cocaïne, est l'un des grands enjeux après des décennies de crise politique permanente. Le doute subsiste sur l'acceptation des résultats par tous les candidats, entretenant la crainte d'une tentative de coup de force dans un pays qui en a déjà connu beaucoup depuis son indépendance en 1974.Des échauffourées ont été signalées dans plusieurs localités, mais aucune violence majeure n'a été rapportée.En revanche, le camp du président sortant, José Mario Vaz, qui brigue un second mandat, a dénoncé un "bourrage d'urnes" dans plusieurs villes, et affirmé qu'il ne reconnaîtrait pas un résultat entaché d'irrégularités. Il a mis en cause le Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC), la formation dominante au parlement à laquelle M. Vaz s'est confronté pendant quasiment tout son mandat. "C'est faux. Il n'y a pas eu de bourrage d'urnes", a objecté la porte-parole de la commission nationale en expliquant que le vote anticipé des militaires, jeudi, avait pu prêter à confusion. "Tout se fait en présence des (représentants des) candidats. Il n'y a pas de vol possible", a-t-elle dit.Un second tour, hautement probable, est prévu le 29 décembre.