Bosnie: deux étudiants nigérians renvoyés vers leur pays

20 décembre 2019 à 15h08 par AFP

AFRICA RADIO

La Bosnie a renvoyé vendredi vers leur pays deux étudiants nigérians parvenus récemment dans des conditions mystérieuses dans ce pays en provenance de Croatie où ils avaient participé à un événement sportif, ont annoncé les autorités bosniennes.

Abia Uchenna Alexandro et Eboh Kenneth Chinedu s'étaient retrouvés début décembre dans un centre des migrants du nord-ouest de la Bosnie. Ils avaient raconté à la presse locale avoir été expulsés par la police croate alors qu'ils se trouvaient régulièrement en Croatie.Leur transfert vers le Nigeria a été organisé avec l'assistance de l'ambassade nigériane à Budapest qui a "financé le retour de ses ressortissants dans le pays d'origine", a dit dans un communiqué le Service bosnien chargé des étrangers, dépendant du ministère de la Sécurité.Le deux étudiants ont affirmé avoir été interpellés à Zagreb, conduits dans la zone frontalière et contraints de se diriger à pied vers le territoire bosnien. Ils auraient été inclus dans un groupe de migrants refoulés lors de leur tentative d'entrer illégalement en Croatie en provenance de la Bosnie.La Bosnie est devenue un cul-de-sac pour plusieurs milliers de migrants qui traversent depuis deux ans ce pays enclavé des Balkans, pour essayer de rejoindre l'Europe occidentale. Des dizaines d'entre eux essayent tous les jours d'entrer illégalement en Croatie, mais sont souvent refoulés.Les deux Nigérians avaient participé à la mi-novembre avec deux autres étudiants et un accompagnateur à un tournoi de tennis de table à Pula, dans l'ouest de la Croatie, où ils ont représenté leur université, selon la police croate. La police a démenti toutefois les avoir arrêtés. Elle a affirmé qu'ils n'avaient pas pris leur avion le 18 novembre, date prévue de leur retour au Nigeria, mais n'a pas commenté les circonstances dans lesquelles ils avaient pu se retrouver en Bosnie. Une porte-parole de la police croate, Marina Mandic, avait alors expliqué que la police enquêtait sur un "possible abus de participation à un événement sportif".