Burkina: 6 morts dans l'explosion d'une mine contre une ambulance (nouveau bilan)

Par AFP

AFRICA RADIO

L'explosion d'une mine artisanale au passage d'une ambulance, mardi dans le nord du Burkina Faso, a fait six morts, dont une femme enceinte et une fillette, selon un nouveau bilan du gouvernement.

Un précédent bilan mardi soir d'une source sécuritaire faisait état de quatre morts, dont une femme enceinte, décédés dans le véhicule "complètement soufflé par l'explosion"."Une ambulance du district sanitaire de Djibo a sauté sur une mine entre Gaskindé et Namissiguia, dans la région du Sahel. Cet incident lâche et barbare survenu alors que l'ambulance était en mission d'évacuation sanitaire sur Ouagadougou, a fait 6 morts", a indiqué le porte-parole du gouvernement burkinabè, Ousséni Tamboura, dans un communiqué reçu mercredi par l'AFP. Il s'agit de "la patiente, son mari, deux accompagnantes, une fillette et l'ambulancier", a précisé le porte-parole, également ministre de la Communication, qui a "condamné fermement cet acte criminel". Comme ses voisins du Sahel le Mali et le Niger, le Burkina Faso est confronté à des attaques jihadistes, en particulier dans ses régions du Nord et de l'Est, qui ont fait plus de 1.200 morts et un million de déplacés depuis 2015. Le 23 février, deux femmes ont été tuées dans les mêmes circonstances lorsque leur charrette a sauté sur un engin artisanal dans la province du Yagha, toujours dans le Nord du pays. Les attaques avec des engins explosifs improvisés (IED) qui se multiplient depuis 2018 ont coûté la vie à près de 200 personnes - civils et militaires -, selon un décompte de l'AFP. Ces attaques sont souvent couplées avec des embuscades.