Burkina: au moins 8 supplétifs civils tués dans le Nord

Par AFP

AFRICA RADIO

Au moins huit supplétifs civils, enrôlés dans la lutte antijihadiste au Burkina Faso, ont été tués mercredi lors d'une attaque contre une de leurs patrouilles dans le nord du pays, ont indiqué des sources sécuritaire et locale.

"Une équipe de VDP (Volontaires pour la défense de la patrie), est tombée dans une embuscade dans le département de Gorgadji. On déplore au moins huit morts parmi les volontaires, d'autres étant toujours portés disparus", à déclaré à l'AFP une source de sécurité.L'attaque a été confirmée par un responsable local. "Nous avons effectivement enregistré des pertes lors d'une attaque contre une équipe dans le Seno", province dont relève Gorgadji, a confirmé ce responsable, sans donner de bilan précis.Cette équipe "effectuait un ratissage après le vol de bétail hier (mardi) par des individus armés lorsque ses éléments sont tombés dans une embuscade à Siguidi", un village du département de Gorgadji, a-t-il ajouté."Suite à l'attaque, des unités du groupement (de sécurisation du secteur nord) ont été déployées en renfort et ont entamé des opérations de ratissage afin de retrouver les assaillants et rassurer les populations", à affirmé une autre source sécuritaire.Cette source a évoqué une autre attaque contre une unité de l'armée mardi à Mansila, dans la même zone, qui n'a pas fait de victimes. Créés en décembre 2019, les VDP sont des supplétifs civils qui interviennent aux côtés des forces armées pour des missions de surveillance, d'information et de protection après une formation militaire de 14 jours.Ils font également office de pisteurs et combattent souvent avec l'armée, payant un lourd tribut, avec plus de 200 morts dans leurs rangs depuis 2020, selon un décompte de l'AFP.Ces volontaires sont de plus en plus ciblés par les groupes armés, une quarantaine d'entre eux ayant été tués au cours des trois derniers mois. Le 5 avril, une embuscade contre une unité mixte armée-VDP à Tanwalbougou, dans la province du Gourma (Est), a fait six morts parmi les VDP, quatre jours après une précédente embuscade qui avait fait six autres morts dans leurs rangs dans le nord du pays. Le 21 mars, deux volontaires avaient été tués lors de deux attaques, dont l'une dans le secteeur de Gorgadji, deux semaines après la mort de cinq autres lors d'une embuscade contre un détachement militaire, toujours dans le nord du pays. Le Burkina Faso, frontalier du Mali et du Niger en proie aux attaques jihadistes, en est également la victime régulière depuis 2015.D'abord concentrées dans le nord du pays, limitrophe du Mali, les exactions attribuées à des groupes jihadistes, dont le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM) affilié à Al-Qaïda, et l'Etat islamique au grand Sahara (EIGS), ont ensuite visé la capitale et d'autres régions, notamment l'est et le nord-ouest.Elles ont fait depuis 2015 plus de 1.300 morts et plus d'un million de déplacés, fuyant les zones de violences.