Burkina: au moins quatre gendarmes tués dans une attaque au nord-ouest de Ouagadougou

Par AFP

AFRICA RADIO

Au moins quatre gendarmes ont été tués jeudi dans l'attaque d'un convoi militaire à Toéni, une localité de la région de la Boucle du Mouhoun, au nord-ouest de Ouagadougou, ont indiqué à l'AFP des sources sécuritaires.

"Des éléments de défense et de sécurité sont tombés dans une embuscade à Toéni", alors qu'ils étaient en "mission de sécurisation d'une école attaquée par des terroristes présumés", a déclaré à l'AFP, une source sécuritaire sous le couvert de l'anonymat."Au moins quatre gendarmes ont été tués" lors de cette attaque, a précisé cette source, évoquant un "bilan partiel"."Plus de cinq heures après (l'attaque), quatre (autres) gendarmes manquent toujours à l'appel", a souligné une autre source sécuritaire, jointe depuis Ouagadougou, confirmant l'attaque.Une opération de ratissage est en cours dans la zone mais le "danger lié aux engins explosifs (artisanaux, ied), fait que les éléments progressent avec prudence", a poursuivi la même source."Un véhicule de l'équipe de renfort a d'ailleurs sauté sur une mine artisanale", a-t-elle souligné, sans plus de précisions.Le Burkina Faso est confronté depuis trois ans à des attaques de plus en plus fréquentes et meurtrières. Mercredi, un policier a été tué dans l'attaque du commissariat de district de police de Solan, dans le nord du pays, frontalier du Mali.D'abord concentrées dans le nord du pays, ces attaques se sont ensuite étendues à d'autres régions dont celle de l'Est, frontalière du Togo et du Bénin.Les attaques attribuées aux groupes jihadistes Ansaroul Islam et au Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM) et à d'autres groupuscules, ont fait plus de 255 morts depuis 2015.Ouagadougou, la capitale, a été frappée à trois reprises, avec un bilan total de près de 60 morts.