Burkina Faso: renforcement des mesures de sécurité contre le terrorisme

9 juillet 2010 à 5h32 par La rédaction

OUAGADOUGOU (AFP)

Le gouvernement burkinabè a promis jeudi soir un renforcement des mesures de sécurité face à la "menace terroriste dans la sous-région" ouest-africaine, même s'il assure qu'il n'y a pas pour l'heure de menace "particulière" dans le nord du pays.

"Compte tenu de la menace terroriste dans la sous-région, le gouvernement burkinabè a jugé utile de prendre les mesures préventives supplémentaires afin de parer à toute éventualité", indique-t-il dans un communiqué.

A l'adresse des "ressortissants américains et occidentaux", il affirme que "les mesures appropriées seront renforcées pour assurer leur sécurité sur toute l'étendue du territoire national", sans plus de précision.

Cette annonce fait suite à l'appel à la prudence lancé par la France à ses ressortissants présents au Burkina et au retrait de plusieurs Américains du nord du pays au cours des derniers jours.

"Il n'y a pas de menace terroriste particulière au nord" du Burkina Faso, a toutefois affirmé plus tôt à l'AFP le ministre de la Sécurité, le colonel Emile Ouédraogo.

"On ne peut pas dire que tout est sécurisé chez nous, la menace est réelle partout, aucun pays ne peut dire qu'il est totalement sécurisé", a-t-il ajouté.

Dans un avis publié mardi sur son site internet, le ministère français des Affaires étrangères recommande "très vivement" à ses ressortissants souhaitant se déplacer au-delà des localités de Ouahigouya, Djibo et Dori de se signaler aux forces de sécurité de ces villes situées dans le nord burkinabè et frontalières du Mali et du Niger.

"Cette mesure est préconisée par les autorités burkinabè en raison d'informations faisant état de menaces d'enlèvement contre des Occidentaux dans ces zones", indique le Quai d'Orsay.

"Ce n'est pas nous qui avons envoyé cette information aux ambassades", a précisé le colonel Ouédraogo, soulignant qu'elle avait été fournie aux autorités de Ouagadougou par les Américains.

L'ambassade des Etats-Unis a ramené le week-end dernier à Ouagadougou plusieurs Américains travaillant dans le nord du Burkina, après des informations sur "d'éventuelles menaces terroristes" dans la zone.

Le réseau d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) est actif dans le Sahel, vaste région désertique que se partagent notamment l'Algérie, le Niger, le Mali et la Mauritanie et lieu de trafics en tous genres (êtres humains, drogue...).

Aqmi pratique dans la zone des prises d'otages occidentaux et détient toujours deux Espagnols et un Français.