Burkina: Guillaume Soro, Premier ministre de Ouattara, reçu par le président Campaoré

Par La rédaction

OUAGADOUGOU (AFP)

Guillaume Soro, Premier ministre d'Alassane Ouattara, l'un des deux présidents proclamés de Côte d'Ivoire avec le sortant Laurent Gbagbo, a été reçu jeudi par le président burkinabè Blaise Compaoré, à Ouagadougou, a constaté un journaliste de l'AFP.

Il s'agit de la première sortie officielle de M. Soro, retranché avec M. Ouattara depuis plus d'un mois dans un grand hôtel d'Abijan soumis à un blocus des forces loyales à M. Gbagbo, depuis la crise issue de la présidentielle ivoirienne du 28 novembre.

Le chef du gouvernement de M. Ouattara, reconnu président par la quasi-totalité de la communauté internationale, est arrivé dans la nuit de mercredi à jeudi à Ouagadougou.

Accompagné de son ministre du Plan, Albert Mabri Toikeuse, M. Soro a été reçu pendant trois quarts d'heure à la résidence de M. Compaoré en présence du chef de la diplomatie burkinabè Alain Yoda.

Il a déclaré à la presse être porteur d'un message de M. Ouattara au président Compaoré relatif au sommet des chefs d'Etat de l'Union économique et monétaire Ouest africaine (Uémoa) prévu samedi à Bamako.

M. Soro a indiqué qu'il se rendrait à ce sommet pour "s'assurer" avec les chefs d'Etat que les mesures prises par les ministres des Finances de l'Uémoa conférant à M. Ouattara la signature sur les comptes de la Côte d'Ivoire au niveau de la Banque centrale des Etats d'Afrique de l'Ouest (BCEAO) sont appliquées "effectivement et intégralement".

"La Côte d'Ivoire est dans l'Uémoa et il est important qu'elle soit représentée à un haut niveau, c'est ce que nous faisons", a-t-il ajouté.

"Il faut que la démocratie s'instaure en Côte d'Ivoire, nous allons continuer de nous battre et de réclamer la solidarité du monde entier avec la Côte d'Ivoire", a-t-il ajouté.

M. Soro a précisé qu'il devait se rendre également à Lomé, Niamey et Abuja, où il doit rencontrer le président Goodluck Jonathan, président en exercice de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao), avant de gagner Bamako pour le sommet de l'Uémoa.