Burkina: la sécurité présidentielle intervient contre des militaires mutins

Par La rédaction

OUAGADOUGOU (AFP)

Des éléments de la sécurité du président burkinabè Blaise Compaoré sont intervenus vendredi matin à Bobo Dioulasso (sud-ouest), capitale économique livrée depuis mardi soir aux tirs en l'air et aux pillages de militaires en colère, ont rapporté des témoins.

C'est la première fois, depuis le début de la grogne des militaires en mars, que le pouvoir emploie la manière forte pour mater l'une de ces protestations violentes, généralement motivées par des revendications financières.

Peu avant 10H00 (locales et GMT), des hommes du Régiment de sécurité présidentielle (RSP), qui avaient rejoint la ville dans la soirée, sont passés à l'action, ont indiqué des habitants.

Ils "ont pratiquement encerclé le camp, ils occupent toutes les voies qui mènent au camp et sont entrés pour chercher les militaires qui y sont", a déclaré un résident.

"J'ai vu des éléments du RSP qui tirent en l'air en allant vers le camp.On a vraiment peur", a dit un autre.

Au même moment, des "tirs d'arme lourde" retentissaient vers le gouvernorat et l'hôpital, non loin du camp Ouezzin Coulibaly où sont basés les mutins, selon un témoin.

La nuit avait été marquée par des tirs en l'air intenses à travers la ville et de nouveaux pillages massifs, ont précisé des habitants.