Burkina: un Malien condamné à 21 ans de prison pour "terrorisme"

12 août 2021 à 11h59 par AFP

AFRICA RADIO

Un Malien a été condamné jeudi à Ouagadougou à 21 ans de prison, dont 14 incompressibles, pour "association de malfaiteurs avec une entreprise terroriste" et "détention illégale d'armes", lors d'une session de jugement de dossiers d'"actes de terrorisme".

Arrêté par la force française Barkhane en 2019 dans une base d'un groupe jihadiste appelé "Daoula Islam" à Ariel, localité située dans la région du Sahel, dans le nord du Burkina Faso, Mahmoudou Ibrahim Diallo alias +Houdé+, originaire de Kassa au Mali, a réfuté toutes les accusations. Selon le parquet, ce homme, âgé de 25 ans, a été appréhendé alors qu'il surveillait une cache d'armes et des traces de poudre ont été retrouvées sur ses mains. Reconnu coupable des faits de "détention illégale d'armes" et "association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste", il a été condamné, outre ses 21 ans de prison, à une amende de 2 millions de francs CFA (environ 3.000 euros).La chambre correctionnelle du pôle judiciaire spécialisé dans la répression des actes de terrorisme a ouvert lundi les premiers procès pour terrorisme au cours desquels dix dossiers sont jugés jusqu'à vendredi.Mais en raison d'un mouvement de contestation au sein du service d'escorte de la garde de sécurité pénitentiaire, plusieurs dossiers ont été renvoyés sine die.Mardi, deux jihadistes burkinabè, auteurs d'une attaque en 2018 contre une école dans le nord du Burkina Faso, ont été condamnés à 20 ans de prison. Le Burkina Faso fait face depuis 2015 à des attaques jihadistes régulières et meurtrières, en particulier dans les régions du nord et de l'est proches du Mali et du Niger, également confrontés aux actions meurtrières des jihadistes armés.Ces attaques attribuées aux groupes jihadistes affiliés au groupe Etat islamique (EI) et à Al-Qaïda, ont fait plus de 1.500 morts et contraint plus de 1,3 million de personnes à fuir leurs foyers.