Burkina: un militaire et 6 jihadistes présumés tués dans le Nord

Par AFP

AFRICA RADIO

Un soldat burkinabé et six jihadistes présumés ont été tués samedi dans une attaque contre deux unités militaires à Djibo, chef-lieu de la province du Soum, dans le nord du Burkina Faso, a annoncé dimanche l'état-major des armées.

Vers 10H00 samedi "une unité du détachement (militaire) de Djibo et une unité de gendarmerie, en mission de reconnaissance, ont été la cible d'une embuscade. Un militaire a malheureusement été tué lors de cette attaque", a précisé l'état-major dans un communiqué. "La réaction des éléments a permis de neutraliser six terroristes", selon le texte. Le chef d'état-major des armées, le général Moïse Miningou, a par ailleurs confirmé dans ce communiqué la mort de cinq autres militaires, le 9 avril lors d'une attaque contre un détachement militaire à Sollé, dans la province du Loroum, toujours dans le nord du pays. Des sources sécuritaires en avaient déjà fait état avec ce bilan de cinq tués. Le Burkina Faso est en proie à de fréquentes attaques jihadistes qui ont fait plus 800 morts et près de 860.000 déplacés depuis 2015.Sous-équipées et mal entraînées, les forces burkinabè n'arrivent pas à enrayer la spirale de violences malgré l'aide de forces étrangères, notamment de la France, présente dans le Sahel avec 5.100 militaires dans le cadre de l'opération antijihadiste Barkhane.L'ensemble du Sahel est touché par les violences jihadistes - souvent entremêlées à des conflits intercommunautaires -, qui ont fait 4.000 morts au Mali, au Niger et au Burkina Faso en 2019, selon l'ONU.