Cameroun: 12 morts et 48 blessés dans des affrontements entre pêcheurs et bergers

12 août 2021 à 12h22 par AFP

AFRICA RADIO

Au moins douze personnes ont été tuées et 48 autres blessées mardi dans des affrontements entre pêcheurs et bergers dans l'Extrême-nord du Cameroun, des attaques rares entre ces deux communautés, a annoncé jeudi à la radio d'État le gouverneur de cette région.

"Tout est parti d'un fait banal", a déclaré Midjiyawa Bakari sur la CTRV. "Quelques populations Mousgoums ont érigé des digues pour aménager leurs lieux de pêche" où "les bergers arabes Choas viennent abreuver leur bétail", dans l'arrondissement du Logone-Birni, près de la frontière avec le Tchad, a-t-il poursuivi. Selon le gouverneur, "un incident est arrivé entre deux personnes" qui a dégénéré en affrontements entre communautés. "Nous avons enregistré 12 morts provisoirement et également 48 blessés qui se trouvent à l'hôpital de Kousseri (...) et à l'hôpital de N'Djamena", a-t-il ajouté.Durant les affrontements, les protagonistes ont utilisé des machettes, couteaux et flèches notamment, selon une autorité locale jointe par l'AFP dans le Logone-Birni. "La tension n'est pas totalement retombée. Plusieurs maisons ont été incendiées dans certaines communautés", a poursuivi cette autorité, qui a requis l'anonymat. Des bergers et des pêcheurs ont eu à solliciter l'arbitrage de l'administration pour délimiter la zone où chacun devrait mener ses activités sans nuire à l'autre, mais cela ne s'est pas fait jusqu'aux récents affrontements, selon cette autorité locale.Les affrontements sanglants entre communautés sont relativement rares au Cameroun, mais fréquents dans les pays voisins, notamment au Tchad. Au moins 22 personnes ont été tuées samedi dans ce pays, dans un conflit entre des cultivateurs sédentaires et des éleveurs nomades.La région est aussi touchée par des incursions jihadistes du groupe nigérian Boko Haram ou de sa branche dissidente, l'Etat islamique en Afrique de l'Ouest (Iswap, selon l'acronyme en anglais).