Cameroun: 6 opposants qui distribuaient masques et gel relâchés après 5 jours de détention

17 mai 2020 à 14h53 par AFP

AFRICA RADIO

Six bénévoles, arrêtés parce qu'ils distribuaient masques et gel hydroalcoolique au Cameroun dans le cadre d'une initiative du principal opposant au président Paul Biya, ont été relâchés après cinq jours de détention, ont indiqué dimanche l'un d'eux et leur avocat.

Le pouvoir avait déjà empêché une collecte de fonds pour lutter contre le coronavirus lancée par Maurice Kamto, candidat malheureux au second tour de la présidentielle de 2018, en ordonnant fin avril aux opérateurs de fermer les comptes de téléphonie mobile ouverts pour cette initiative, jugée "illégale". Le 11 mai, "six bénévoles" de l'initiative de M. Kamto, baptisée Survie Cameroon-Survival initiative, avaient été interpellés par la police alors qu'ils distribuaient des masques et du gel hydroalcoolique dans un marché de Yaoundé. Ils ont été remis en liberté cinq jours plus tard, vendredi, a annoncé l'un d'eux par téléphone à l'AFP dimanche. "Le procureur de la République nous a dit que nous serons convoqués pour répondre des faits de rébellion et trouble à l'ordre public", a ajouté ce dernier, Aimé Tchapock, un commerçant de 36 ans.Ils ont été remis en liberté sous caution, a précisé à l'AFP leur avocat, Hippolyte Meli. Contactées depuis plusieurs jours au sujet de ces arrestations, les autorités camerounaises n'avaient toujours pas réagi dimanche soir."Le parti au pouvoir au Cameroun utilise la pandémie pour régler des comptes et sanctionner l'opposition", avait commenté dans un communiqué l'organisation de défense des droits humains Human Rights Watch (HRW) vendredi, ajoutant: "Les autorités camerounaises semblent davantage soucieuses de vaincre l'opposition que de protéger la santé publique".Il s'agit donc d'une nouvelle passe d'armes entre la majorité et Maurice Kamto, qui avait passé en 2019 huit mois en prison, avant d'être libéré en octobre. Parmi les pays d'Afrique subsaharienne les plus touchés par le coronavirus, le Cameroun a déjà recensé officiellement près de 3.000 cas, dont 139 décès à ce jour.M. Kamto avait essayé de lancer, mi-avril, une procédure pour faire constater la vacance du pouvoir au Cameroun, estimant "irresponsable" l'absence "prolongée" du président Paul Biya. Le chef de l'Etat, âgé de 87 ans et au pouvoir depuis 1982, ne s'est pas exprimé à la télévision depuis le début de l'épidémie.