Cameroun: arrestation d'une centaine de personnes qui seraient liées à Boko Haram

23 décembre 2014 à 10h30 par La rédaction


Yaoundé (AFP)

Une centaine de personnes soupçonnées d'avoir des liens avec le groupe islamiste nigérian Boko Haram ont été interpellées ce week-end dans l'extrême-nord du Cameroun, a-t-on appris mardi auprès de la police camerounaise.

"Les forces camerounaises ont raflé une centaine de personnes samedi dans la localité de Gurvidig", dans l'extrême-nord du Cameroun, a affirmé un officier de police établi dans la région. 

"Les autorités ont reçu des renseignements selon lesquelles ces personnes appartiennent à Boko Haram et un dispositif a été mis en place pour les interpeller", a expliqué ce responsable sous couvert d'anonymat. 

"La plupart sont des jeunes.Il s'agit d'élèves d'une école coranique.Ils apprenaient officiellement le Coran, mais en dessous, il y avait autre chose", a-t-il ajouté.

D'après cet officier, l'idéologie de Boko Haram - qui signifie en langue haoussa "l'éducation occidentale est un péché" - y était enseignée.

Lundi, l'hebdomadaire régional L'Oeil du Sahel a également fait état de "104 membres de Boko Haram interpellés". 

Il s'agit, selon le journal, de personnes de nationalité camerounaise, nigériane, nigérienne et tchadienne. 

Depuis plusieurs mois, Boko Haram multiplie les incursions dans l'extrême-nord du Cameroun, le long de la frontière avec le Nigeria.

Le groupe islamiste mène régulièrement des attaques dans cette zone, massacrant des civils et effectuant des razzias dans les villages, et n'hésite plus désormais à attaquer directement l'armée camerounaise.

Toutefois, le département du Mayo-Danay où se trouve Guirvidig, près de la frontière avec le Tchad, était resté jusque-là épargné par les actions de Boko Haram.