Cameroun: la production pétrolière a baissé de plus de 13% en 2009

Par La rédaction

YAOUNDE (AFP)

La production pétrolière du Cameroun a baissé de 13,1% en 2009 par rapport à l'année précédente, selon un rapport du ministère de l'Economie dans un rapport obtenu mardi par l'AFP.

En 2009, la production pétrolière "a reculé de 13,1% par rapport à 2008", affirme ce rapport sur les perspectives de l'économie camerounaise du ministère également chargé de la Planification et de l'Aménagement du territoire.Il ne fournit pas les estimations de production des deux années.

"La production pétrolière maintient une tendance baissière depuis le quatrième trimestre 2007, en raison du tarissement des principaux puits en exploitation", ajoute le document, expliquant que ce secteur est parmi ceux qui ont "subi de plein fouet les effets de la crise économique internationale en 2009 à travers la chute des cours du baril de pétrole".

Début 2010, la Société nationale des hydrocarbures (SNH) du Cameroun évaluait à 13,08% la baisse de la production pétrolière de 2009 par rapport à celle de l'année précédente, en attribuant cette régression au "report de plusieurs projets de développement", occasionné notamment par la crise financière internationale.

Le pays produit actuellement 26,6 millions de barils de pétrole par an, soit en moyenne 73.094 barils par jour, d'après la SNH citée par la presse locale.

Selon le rapport du ministère, les recettes budgétaires du Cameroun en dehors des dons ont connu un recul de 272,2 milliards de FCFA (près de 415 millions d'euros) en 2009, "essentiellement" à cause de la baisse de la production pétrolière.

"La remontée actuelle des cours du pétrole brut sur les marchés et les perspectives de sortie de crise augurent une amélioration des recettes publiques en 2010", souligne le document.

En 2009, la redevance pétrolière que la SNH verse annuellement à l'Etat a chuté de presque 50%, s'établissant à 331,7 milliards de FCFA (près de 505,7 millions d'euros) contre 651,7 milliards de FCFA (plus de 993,5 millions d'euros) en 2008, selon la société.

En plus de cette redevance, le gouvernement perçoit les impôts sur les activités des sociétés pétrolières qui, selon des sources concordantes, sont de moindre importance par rapport à cette redevance.