Cameroun: le parti du président Biya remporte les législatives partielles

Par AFP

AFRICA RADIO

Le parti du président Paul Biya a remporté les 13 sièges remis en jeu lors des législatives partielles organisées fin mars dans certaines circonscriptions des régions anglophones, en proie à un conflit meurtrier, a annoncé mardi le Conseil constitutionnel.

Le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC) "rafle la mise" dans les onze circonscriptions du Nord-Est et dans une circonscription du Sud-Ouest, souligne la radio CRTV qui rendait compte de la décision du Conseil.Le parti de Paul Biya, qui gouverne le Cameroun depuis 37 ans, conforte donc son écrasante majorité à l'Assemblée nationale, avec 152 sièges sur 180.Dans les régions anglophones du Cameroun, le conflit entre indépendantistes et armée a fait plus de 3.000 morts et forcé plus de 700.000 personnes à quitter leurs domiciles en trois ans, selon des ONG.Une partie de l'opposition avait décidé de boycotter les législatives organisées le 9 février, et après le scrutin, le Social democratic front (SDF), parti historiquement ancré dans les régions anglophones et qui avait présenté des candidats, avait contesté les résultats dans plusieurs circonscriptions.Le Conseil constitutionel lui avait donné raison, annulant le scrutin dans les circonsciptions où il a été reprogrammé.Avant les élections, les séparatistes avaient appelé les populations des Nord-Ouest et Sud-Ouest à ne pas se rendre aux urnes et menacé ceux qui le feraient, et le gouvernement avait renforcé sa présence armée pour protéger les électeurs.Selon Amnesty International, une "hausse des homicides" avait été enregistrée "à l'approche des élections", même si, à l'exception d'un incident dans le Nord-Ouest, le jour du scrutin s'est déroulé sans violence.Au demain de l'organisation des partielles le 22 mars, le SDF avait à nouveau saisi le Conseil constitutionnel pour demander une nouvelle annulation, mais cette institution a décidé d'entériner le vote.Le SDF prend la place de troisième parti à l'Assemblée nationale, à égalité avec un nouveau venu, le Parti camerounais pour la réconciliation nationale (PCRN) de Cabral Libii, 39 ans: les deux principaux partis d'opposition au Parlement comptent chacun cinq députés.