Cameroun: le président Biya limoge deux officiers supérieurs de l'armée

30 juillet 2014 à 16h19 par La rédaction

Yaoundé (AFP)

Le président camerounais Paul Biya a limogé mardi deux officiers supérieurs de l'armée en poste dans le nord du pays, après la sanglante attaque de la ville de Kolofata (Extrême-nord) au cours de laquelle au moins quinze personnes ont été tués et plusieurs enlevées, a rapporté mercredi la radio d'Etat.

M. Biya a "relevé" de ses fonctions le lieutenant-colonel Tchanuo Ngongang, commandant du 34e bataillon d'infanterie motorisé (BIM), basé à Kousseri, dans la région de d'Extrême-nord du Cameroun, région où les islamistes armés nigérians de Boko Haram multiplient des attaques contre des civils et militaires camerounais, selon un décret présidentiel lu à la radio d'Etat.

De même source, le chef de l'Etat a également limogé le colonel Gédéon Youssa, commandant de la légion de gendarmerie du Nord, région voisine de celle de l'Extrême-nord.

Dans son décret, M. Biya ne donne aucune indication sur les raisons du limogeage des deux officiers.

Ces décisions interviennent alors que des membres présumés de Boko Haram ont attaqué, dimanche, la ville camerounaise de Kolofata (Extrême-nord), vers la frontière du Nigeria, tuant au moins 15 personnes, dont deux gendarmes et un militaire.

De nombreuses personnes, dont l'épouse du vice-Premier ministre en charge des Relations avec les Assemblées, Amadou Ali, et le sultan de Kolofata, ont été enlevés au cours de cet assaut perpétré par plus de "200 personnes" lourdement armées.Les otages restaient captifs mercredi.

Les officiers supérieurs limogés n'exerçaient aucune responsabilité sur la ville où cette attaque a eu lieu.

La situation est actuellement extrêmement tendue dans l'extrême-nord du Cameroun.Depuis jeudi, "nous avons perdu une quinzaine d'hommes (dans des attaques attribuées à Boko Haram), mais nous avons tué au moins 40 membres de cette nébuleuse", a affirmé sous anonymat un officier supérieur de l'armée qui regrette qu'un "bataillon entier de Boko Haram comme celui qui a pris d'assaut Kolofata" réussisse à traverser impunément le territoire nigérian pour "attaquer le Cameroun".