Dépêches AFP

Cameroun: trois civils tués par des combattants présumés de Boko Haram

04 décembre 2020 à 17h29 Par AFP
Trois civils camerounais ont été tués dans la nuit de mercredi à jeudi par des combattants présumés de Boko Haram dans l'extrême-nord du Cameroun, où ces jihadistes multiplient les meurtres, a-t-on appris auprès des autorités locales. Les trois victimes ont été tuées par balle et trois autres personnes ont été blessées dans le quartier d'Assighassia, bourgade frontalière du Nigeria et déjà cible de multiples attaques par le passé, a affirmé à l'AFP Mahamat Chetima Abba, maire et chef traditionnel de Mozogo, ville à laquelle est rattachée Assighassia."Les jihadistes de Boko Haram sont venus du Nigeria et ont pris les victimes par surprise", a-t-il ajouté. Le bilan a été confirmé à l'AFP par une source policière ayant requis l'anonymat.Les membres de Boko Haram et d'une branche dissidente, le groupe Etat Islamique en Afrique de l'Ouest (Iswap), multiplient, ces dernières années, les attaques meurtrières contre les forces de sécurité et les civils dans l'extrême-nord du Cameroun comme dans les régions limitrophes des trois pays voisins, le Nigeria, le Niger et le Tchad. Ils y enlèvent fréquemment des civils, notamment des femmes et des enfants.Samedi, Boko Haram, dirigé par Abubakar Shekau, a lancé une sanglante attaque contre des agriculteurs dans un champ du nord-est du Nigeria. Au moins 76 personnes ont été tuées, selon les autorités. Il s'agit de l'attaque "la plus violente" menée contre des civils cette année dans cette région, selon l'ONU.L'insurrection de Boko Haram est née en 2009 dans le Nord-Est du Nigeria avant de se propager dans les pays voisins. Depuis, plus de 36.000 personnes (principalement au Nigeria) ont été tuées, et 3 millions ont dû fuir leur domicile, selon l'ONU.