Cap-Vert: feu vert à l'extradition aux Etats-unis d'un proche de Maduro, sa défense fait appel

Par AFP

AFRICA RADIO

Un tribunal du Cap-Vert a autorisé l'extradition vers les Etats-Unis d'un homme d'affaires colombien accusé par Washington d'orchestrer un réseau de corruption au profit du président vénézuélien Nicolas Maduro, a indiqué sa défense, qui a décidé de faire appel.

La cour de justice de Barlavento, compétente pour les îles du nord de cet archipel de l'océan Atlantique, situé au large du Sénégal, a notifié les avocats de sa décision d'autoriser l'extradition d'Alex Saab, inculpé à Miami pour blanchiment d'argent et interpellé lors d'une étape technique de son avion au Cap-Vert à la mi-juin, a indiqué l'un de ses avocats, Joao do Rosario.S'exprimant sur une télévision locale, il a fait part de son intention de faire appel dans le délai légal de 10 jours devant la Cour suprême capverdienne, tout en prévenant que la décision de celle-ci risquait de prendre du temps en raison des vacances judiciaires.Il a qualifié de lacunaire et de précipitée la décision de la cour de Barlavento, rendue à la veille des vacances judiciaires au Cap-Vert.Les Etats-Unis accusent Alex Saab de tirer les ficelles d'un vaste réseau ayant permis au dirigeant socialiste Nicolas Maduro et à son régime de détourner à leur profit de l'aide alimentaire à destination du Venezuela."Ils utilisent la nourriture comme forme de contrôle social, pour récompenser leurs soutiens politiques et punir les opposants, pendant qu'ils empochent des centaines de millions de dollars grâce à plusieurs montages frauduleux", avait dénoncé en juillet 2019 le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin en annonçant des sanctions économiques à l'encontre de M. Saab.Washington avait imposé deux mois plus tard de nouvelles sanctions contre une quinzaine de sociétés liées à l'homme d'affaires colombien, placé sur une liste noire américaine en tant que "profiteur".L'administration de Donald Trump, qui a reconnu l'an dernier l'opposant Juan Guaido comme président par intérim du Venezuela, cherche à pousser Nicolas Maduro à quitter le pouvoir.Elle a notamment imposé un embargo pétrolier et visé les plus hautes personnalités du régime de ce pays en crise, sans parvenir toutefois jusqu'ici à obtenir le départ du dirigeant socialiste.