Casamance: une foule de femmes marche pour l'arrêt des "tueries"

Par La rédaction

ZIGUINCHOR (AFP)

Plus d'un millier de femmes sénégalaises ont marché, vendredi à Ziguinchor (sud), pour réclamer "l'arrêt immédiat des tueries" en Casamance et une "reprise immédiate des négociations", après des affrontements meurtriers entre soldats et présumés indépendantistes, a constaté l'AFP.

Les femmes étaient 1.500 selon une source policière, 2.500 selon les organisatrices, tandis que l'agence de presse sénégalaise (APS) a évoqué "des centaines" de marcheuses.

Ces mères de familles de religions musulmane, catholique et traditionnelle avaient participé à une veillée de prières pour la paix, parfois jusqu'à l'aube.

Dans sa déclaration remise au préfet et lue en public, la Plate-forme des femmes de la Casamance "exige de tous" (Etat et rebelles, ndlr) l'arrêt immédiat des tueries insensées" en Casamance, région en proie depuis 1982 à une rébellion d'indépendantistes armés divisés en plusieurs factions.

Cette semaine, cinq militaires ont été tués au cours d'affrontement avec des membres présumés du Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC, indépendantiste).Sept soldats avaient déjà trouvé la mort le 27 décembre.

A l'Etat, les femmes réclament "la mise en place de toutes les dispositions pour la reprise immédiate des négociations" et au MFDC "l'unité de tous ceux qui se réclament de ce mouvement pour, d'une seule voix, répondre à l'appel du dialogue".

Leur texte décrit une région plongée dans une "situation délétère d'agonie provoquée".Car "les forêts, les rizières et les routes sont transformées en champs de lamentation hantés de plus en plus par le spectre des affrontements, des braquages, bref, de l'insécurité".