Centrafrique: 3 candidatsà la présidence "rejettent d'avance" les résultats

Par La rédaction

BANGUI (AFP)

 Trois des cinq candidats à la présidentielle de dimanche en Centrafrique ont annoncé qu'ils "rejettent d'avance" les résultats de ce scrutin dont ils ont exigé l'annulation, le qualifiant de "mascarade", dans une déclaration de leur coalition mardi à Bangui.

L'ex-Premier ministre Martin Ziguélé, l'ex-ministre de la Défense et chef d'une des plus importantes ex-rébellions Jean-Jacques Demafouth et Emile Gros-Raymond Nakombo, du parti de l'ex-président André Kolingba étaient présents lors de la lecture de ce texte, dont ils sont signataires.

Le texte a été publié par le Collectif des forces du changement (CFC), coalition de l'opposition et des ex-rébellions centrafricaines.

Ces trois hommes étaient en lice pour la présidentielle couplée à des législatives avec le chef de l'Etat sortant François Bozizé, élu en 2005, et son prédécesseur qu'il a renversé en 2003, Ange-Félix Patassé.

Le CFC, qui regroupe également 213 candidats aux législatives, "rejette d'avance avec force et ne reconnaîtra les prétendus résultats de cette mascarade", selon sa déclaration lue par son porte-parole, Nicolas Tiangaye, par ailleurs candidat aux législatives pour le 2e arrondissement de Bangui.

 Le collectif "exige l'annulation de ces élections (présidentielle et législatives, ndlr) dont les résultats sont frauduleusement manipulés et ne reflètent nullement les suffrages des populations du fait de leur caractère non transparent et non libre".