Centrafrique: le Premier ministre souhaite "relancer l'économie" avec la France comme "partenaire stratégique"

15 juin 2021 à 16h22 par AFP

AFRICA RADIO

Le nouveau Premier ministre centrafricain Henri-Marie Dondra a déclaré mardi vouloir "relancer l'économie" avec comme "partenaire stratégique" la France, qui a récemment gelé son aide budgétaire sur fond de campagne antifrançaise.

"Il y a des réformes que nous devons poursuivre avec nos partenaires français", a déclaré à la presse à Bangui M. Dondra, nommé le 11 juin."Je pense aussi à l'Union européenne (...) à la communauté internationale et bien évidemment à notre partenaire stratégique qu'est la France, et les autres partenaires vont nous permettre de relancer l'économie", a-t-il poursuivi.Le ministère français des Armées a annoncé début juin avoir suspendu sa coopération militaire avec Bangui, jugé "complice" d'une "campagne de désinformation massive" contre Paris,téléguidée par la Russie.Dès 2018, la Russie avait opéré une entrée remarquée dans cette ancienne colonie française en livrant des armes aux forces armées centrafricaines et en y installant un important contingent d'"instructeurs".En décembre 2020, la Russie a dépêché d'urgence des centaines de paramilitaires au secours de l'armée démunie du président Faustin Archange Touadéra, menacé par une rébellion, lui permettant depuis de repousser l'offensive rebelle, avec également l'aide notamment de centaines de militaires rwandais. De nombreux témoins et des ONG assurent que ces paramilitaires sont des combattants du groupe de sécurité privé russe Wagner, ce que Moscou dément.Certains observateurs estiment que la nomination de M. Dondra, en remplacement de Firmin Ngrebada, est un signe d'apaisement du président Touadéra envers Paris."M. Ngrebada était l'homme des Russes, le cerveau, l'acteur politique de la connexion", a déclaré à l'AFP Roland Marchal chercheur au Centre de recherches internationales (Ceri) de Sciences Po Paris. M. Dondra "arrive avec une image plus consensuelle que M. Ngrebada, et M. Touadéra pourra montrer cela comme un premier pas dans le rétablissement de la confiance", selon lui.Le nouveau Premier ministre a également fait part de sa volonté de "relancer des échanges avec les groupes armés", dans le cadre de l'accord de paix signé en février 2019 entre le gouvernement et 14 d'entre eux.En décembre, les plus puissants de ces groupes s'étaient unis au sein de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC) pour renverser le régime de M. Touadéra.