Chef du Polisario en Espagne: Madrid a donné "les explications opportunes" à Rabat (ministre)

Par AFP

AFRICA RADIO

L'accueil en Espagne du chef du Front Polisario, qui a provoqué l'"exaspération" du Maroc, n'a pas "changé" les relations entre les deux pays, a affirmé mardi la ministre espagnole des Affaires étrangères, expliquant avoir apporté "les explications opportunes" à Rabat.

"Nous avons donné les explications opportunes au Maroc sur les circonstances qui nous ont conduit à accueillir pour des raisons strictement humanitaires M. (Brahim) Ghali en Espagne", a déclaré Arancha Gonzalez Laya lors d'une conférence de presse."Quand ces raisons humanitaires prendront fin, M. Ghali quittera évidemment l'Espagne", a-t-elle ajouté.Deux jours après l'annonce d'un transfert du leader des indépendantistes sahraouis en Espagne pour y être soigné, du Covid selon son entourage, le Maroc avait convoqué le 24 avril l'ambassadeur espagnol à Rabat pour exprimer son "exaspération"."La relation de l'Espagne avec le Maroc, qui est une relation stratégique, n'a pas changé", a poursuivi Arancha Gonzalez Laya, interrogée sur ce sujet embarrassant pour Madrid qui tient à maintenir de bonnes relations avec le Maroc, partenaire essentiel dans la lutte contre l'immigration illégale.La ministre a ainsi évoqué "l'amitié, la coopération et le partenariat étroit" entre les deux pays.La question du statut du Sahara occidental, considéré comme un "territoire non autonome" par l'ONU en l'absence d'un règlement définitif, oppose depuis des décennies le Maroc au Polisario.Celui-ci, qui est soutenu par Alger, réclame un référendum d'autodétermination prévu par l'ONU, tandis que le Maroc, qui contrôle plus des deux tiers du territoire, propose un plan d'autonomie sous sa souveraineté. Après presque 30 ans de cessez-le-feu, les hostilités ont repris mi-novembre après le déploiement de troupes marocaines à l'extrême sud du Sahara occidental pour déloger des indépendantistes qui bloquaient la seule route vers l'Afrique de l'Ouest.M. Ghali, qui fait l'objet d'une plainte en Espagne pour "tortures" déposée par un dissident naturalisé espagnol du Front Polisario, a été convoqué mercredi devant la justice à Madrid.On ignore toutefois si son état de santé lui permettra de se rendre au tribunal. "Si la justice entend faire comparaître M. Ghali, M. Ghali comparaîtra devant la justice. Ce n'est pas au gouvernement espagnol de s'interposer dans le fonctionnement indépendant de la justice", a dit Mme Laya.