Congo-Brazzaville : Mathias Dzon dénonce le retour du parti unique sur Africa N°1

Par La rédaction

Alors que l'opposition vient de publier une lettre ouverte à Denis Sassou Nguesso, Mathias Dzon, président de l'ARD (Alliance pour république et la démocratie), et premier secrétaire de l'UPRN (Union patriotique pour le renouveau national) était l'invité hier du Grand Débat.« Vingt ans après la conférence nationale, le monopartisme revient en force. Pire, un clan familial régente comme une monarchie » estime le principal représentant de l'opposition.Mathias Dzon dénonce des élections législatives entachées de fraudes. A la suite de ces élections, le PCT (Parti congolais du travail), au pouvoir, et ses alliés ont remporté 117 sièges sur les 136 que compte l'Assemblée nationale congolaise.Face aux critiques sur le manque d'organisation et de vision de l'opposition, le président de l'ARD, dont le siège a été brûlé durant la campagne électorale, affirme que les opposants sont empêchés de s'exprimer au Congo-Brazzaville. « Dès que vous élevez trop la voix, vous avez à faire à la police et à l'armée. » Pour exemple, Mathias Dzon rappelle le passage à tabac et l'emprisonnement de Paul-Marie Mpouélé, ancien porte-parole de l'ARD.Stéphanie Hartmann[Ecoutez l'émission en Podcast->http://www.africa1.com/spip.php?article26619]