Congo: début d'une "opération de pacification" dans le Pool

2 octobre 2010 à 16h35 par La rédaction

BRAZZAVILLE (AFP)

Un contingent de militaires, gendarmes et policiers a été déployé vendredi dans le Pool, région proche de Brazzaville ayant connu une guerre civile entre 1998 et 2003, pour mener une "opération de pacification", a appris l'AFP samedi auprès du porte-parole de la police.

"Le premier contingent chargé d'exécuter cette opération a été déployé hier (vendredi) dans le Pool", a déclaré le porte-parole, le colonel Jean-Aive Alakoua, indiquant qu'il s'agissait d'une "opération de pacification et de consolidation de la paix".

Les policiers, gendarmes et militaires déployés ont notamment pour mission de lutter contre une insécurité résiduelle (braquages dans les trains, coupeurs de route), afin de restaurer "l'autorité de l'Etat pour que force revienne à la loi", a précisé le porte-parole.

Le parti du Conseil national des républicains (CNR), anciennement rébellion du Conseil national de la résistance, s'est inquiété que son chef, Frédéric Bintsamou, surnommé Pasteur Ntumi, n'ait pas été "impliqué" dans cette démarche, dans une déclaration transmise à l'AFP.

"Le CNR considère que cette démarche est susceptible de compromettre la paix chèrement acquise", peut-on lire dans la déclaration.

Le colonel Alakoua, qui n'a pas révélé les effectifs engagés, a expliqué que la première de l'opération "va durer trois mois et consister à identifier les zones où seront érigés les brigades et les postes de police".

Traversée par le Chemin de fer Congo-océan (CFCO), principale voie d'échange entre Brazzaville et Pointe-Noire (sud), capitale économique, la région du Pool a été le théâtre de violents affrontements ayant opposé, entre 1998 et 2003, l'armée régulière et les combattants ninjas dirigés par Pasteur Ntumi.

Pasteur Ntumi a pris en décembre 2009 ses fonctions de Délégué général chargé de la promotion des valeurs de paix et de la réparation des séquelles de guerre, après 12 ans passés dans le maquis.

Il avait signé en 2003 un accord de paix avec Brazzaville, et a transformé en 2007 son mouvement en parti politique.