Contrebande de bois au Mozambique: 1.500 conteneurs saisis depuis janvier

18 novembre 2011 à 15h30 par La rédaction

MAPUTO (AFP) - (AFP)

Les douanes du Mozambique ont saisi plus de 1.500 conteneurs contenant des grumes depuis janvier dans le cadre de la lutte contre le bois de contrebande destiné au marché chinois, a indiqué vendredi la presse, citant le ministère de l'Agriculture.

Près de 19.000 m3 de bois non travaillé ont été confisqués dans le port de Maputo au sud du pays et dans les ports de Pemba et Nacala, dans le nord, selon le quotidien indépendant O Pais, qui cite un rapport au Parlement du ministre de l'Agriculture, Jose Pacheco.

Le gouvernement a vendu une partie du bois saisi aux enchères et gagné environ 29 millions de meticals (800.000 euros), selon M. Pacheco.

Le Mozambique interdit l'exportation de grumes non équarries.Et le mois dernier, les autorités ont suspendu les licences de 16 exportateurs mozambicains et étrangers, dont plusieurs firmes chinoises qui expédiaient illégalement du bois et de l'ivoire.

La corruption est répandu dans les ports du pays et plus facile dans les ports du nord, à 2.500 km de la capitale.

A Maputo, le port a été réhabilité depuis la fin de la guerre civile en 1992.

Cependant, "malgré un équipement de scanner de haute technologie, le port est miné par la corruption", estimait en septembre 2009 l'ambassade américaine dans un câble consultable sur le site WikiLeaks, citant une étude de l'université d'Harvard.

Le paiement de dessous de table renchérit de 14% les coûts d'expédition et représente en moyenne à 24% du salaire mensuel d'un agent des douanes, bien qu'ils soient parmi les mieux payés de l'administration, et ce en raison de l'environnement de quasi-impunité dans lequel ils travaillent, selon ces sources.

Plusieurs agents des douanes ont été suspendus ces dernières années pour complicité de trafic de bois.Les volumes sont en effet importants, puisque la production de grumes était de 158.000 m3 en 2009, selon le ministère mozambicain de l'Agriculture.

Les troncs sont transformés en bois de sciage, parquet, panneaux, poteaux mais il n'existe pas encore d'industrie papetière dans ce pays, qui est l'un des cinq pays d'Afrique possédant les forêts les plus étendues.

Bien qu'en diminution, les surfaces boisées couvrent la moitié du Mozambique, selon le rapport sur la situation des forêts du monde 2011 édité par l'agence des Nations unies pour l'agriculture et l'alimentation (FAO).