Corne de l'Afrique: la collecte de dons des ONG françaises démarre lentement

Par La rédaction

PARIS (AFP) - (AFP)

La collecte de dons auprès des Français pour la Corne de l'Afrique, confrontée à sa pire famine depuis 60 ans, démarre lentement, ont indiqué jeudi plusieurs ONG contactées par l'AFP, tandis que de nouveaux appels ont été lancés.

Les ONG Acted (Agence d'aide à la coopération technique et au développement) et Handicap International ont lancé jeudi des appels aux dons pour venir en aide aux quelque 12 millions de personnes frappées par la sécheresse.

Ils rejoignent ceux déjà diffusés notamment par Action contre la faim (ACF), l'Unicef France, le Secours catholique et le Secours Populaire.

ACF a à ce jour collecté environ 1,5 million d'euros, a indiqué Valérie Daher, directrice de la communication.

"Les Français se mobilisent malgré les congés", s'est-elle félicité, tout en notant que si les fonds récoltés permettent de "répondre à l'urgence", "ce ne sera pas suffisant, puisque les besoins sont sur le très long terme sur cette zone".

Après une dizaine de jours de collecte, la Croix-Rouge française affirme de son côté avoir reçu 100.000 euros, un montant "faible", selon son porte-parole Jean-François Riffaut, surtout au regard des 12,7 millions collectés par la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge.

Le Secours catholique évalue à "au moins 75.000 euros" ses dons, un montant "pas vraiment indicatif car la collecte commence juste, et beaucoup des équipes qui enregistrent les dons sont absentes" pour cause de congés, nuance Marie-Carmen Carles, directrice du développement des ressources de l'ONG.

Elle note toutefois que le sujet "ne s'est pas vraiment installé dans les médias", ce qui pourrait expliquer une mobilisation relativement faible des Français.

A l'Ordre de Malte, où les dons sont "négligeables", Alain de Tonquedec, responsable des relations extérieures, confirme que "la famine est parfois vécue comme une fatalité qu'un pays ne sait pas gérer seul".

Tsunami en Asie du Sud-est en 2004, tremblements de terre en Haïti en 2010 et au Japon en 2011: "les gens ont été énormément sollicités ces derniers temps", rappelle-t-il aussi.