Coronavirus en RDC: premier cas hors de Kinshasa, au Nord-Kivu

27 mars 2020 à 8h38 par AFP

AFRICA RADIO

Les autorités sanitaires de la République démocratique du Congo ont annoncé vendredi un cas de coronavirus dans la province du Nord-Kivu (est), le premier signalé en dehors de Kinshasa, à la veille d'un "confinement total" de la capitale pendant quatre jours.

Des acteurs de la société civile redoutent des tensions à la veille du premier "confinement total" de quatre jours à Kinshasa, où la majorité des quelque dix millions d'habitants vit au jour le jour, souvent sans eau courante ni électricité.La RDC comptait 54 cas pour quatre décès jeudi à 17h00 GMT, a indiqué le responsable de l'équipe de riposte au coronavirus, le professeur Jean-Jacques Muyembe.L'origine du cas annoncé dans le Nord-Kivu, à la frontière avec le Rwanda et l'Ouganda, province touchée par une épidémie d'Ebola dont la fin doit être proclamée le 12 avril, est encore en cours d'investigation", a-t-il ajouté, sans autre précision.L'épidémie qui frappe le Nord-Kivu est la deuxième la plus grave depuis l'identification du virus, avec 2.264 morts enregistrés depuis sa déclaration le 1er août 2018, principalement dans la région de Beni, à 350 km au nord du chef-lieu Goma. Aucun nouveau cas n'a été enregistré depuis 37 jours, a indiqué jeudi l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).Des Casques bleus des Nations unies et de nombres ONGs étrangères interviennent au Nord-Kivu, province agitée par la violence de dizaines de groupes armés depuis 25 ans.Le président Félix Tshisekedi a décrété mercredi soir l'isolement de Kinshasa des autres provinces pour éviter la propagation du Covid-19 dans le plus vaste pays d'Afrique subsaharienne (2,3 millions de km2, au moins 80 millions d'habitants).Le gouverneur de Kinshasa a annoncé jeudi soir un premier "confinement total" de la capitale, de samedi jusqu'à mardi inclus.Le confinement total de Kinshasa est "insensé" s'inquiète sur Twitter le mouvement citoyen Lutte pour le changement (Lucha): "Le seul résultat auquel cela peut aboutir est une catastrophe humanitaire ou des émeutes"."Le confinement de Kinshasa n'apportera que de la misère au peuple qui n'a pas profité de l'argent public comme les politiciens", estime l'avocat et activiste des droits humains Jean-Claude Katende.