Coronavirus: le Soudan a un besoin "urgent" de 283 millions de dollars

Par AFP

AFRICA RADIO

Les Nations unies ont lancé dimanche un appel à la communauté internationale pour obtenir une aide "urgente" de 283 millions de dollars afin d'assister le Soudan dans sa lutte contre le coronavirus et ses conséquences économiques, qui menacent de famine plusieurs millions de personnes.

"Le Covid-19 est arrivé au Soudan alors qu'une part croissante de la population se bat déjà pour ses besoins élémentaires et le système de santé est déjà terriblement tendu", a indiqué dimanche à la presse Gwi-Yeop Son, représentante de l'ONU au Soudan."Le prix de l'inaction est trop important. Si nous n'agissons pas maintenant, nous devons nous préparer à une série de tragédies humaines", a-t-elle ajouté.Selon un communiqué onusien, la pandémie affecte le pouvoir d'achat des familles et les restrictions aux déplacements mettent à mal leur accès à la nourriture, aux soins et aux services de base.Tinago Chikoto, chef adjoint au Soudan du Bureau de coordination des affaires humanitaires (Ocha) des Nations unies, a relevé dimanche que plus de 9,6 millions de personnes faisaient "face à une famine grave, le chiffre le plus important jamais enregistré au Soudan".Le nouveau coronavirus a contaminé plus de 10.000 personnes dans le pays, dont plus de 650 ont succombé.Les mesures de confinement ont été allégées le 8 juillet.Des familles soudanaises ont commencé début juillet à recevoir des aides financières de l'Etat, qui devraient concerner à terme 80% des 42 millions d'habitants du pays, selon le ministère des Finances.Cette aide est financée par une partie des 1,8 milliard de dollars (1,6 milliard d'euros) accordés en juin au Soudan par une quarantaine de pays, sous l'égide des Nations unies et de l'Union européenne, afin d'assister le pays dont la transition démocratique est menacée par une grave crise économique accélérée par l'épidémie de Covid-19.Le taux d'inflation annuel du Soudan a atteint 114% en mai, aggravant les difficultés économiques déjà existantes.Le mouvement de contestation populaire ayant entraîné la chute en avril 2019 de l'ex-président Omar el-Béchir avait été provoqué par une décision du gouvernement d'alors de tripler le prix du pain.