Corruption: le ministre de la Santé sud-africain mis "en congé spécial"

8 juin 2021 à 12h38 par AFP

AFRICA RADIO

Le ministre sud-africain de la Santé, Zweli Mkhize, dans la tourmente depuis une enquête pour corruption visant deux proches, dans le cadre de contrats publics pour lutter contre le Covid, a été mis mardi en "congé spécial" par le président Cyril Ramaphosa.

"Le président Cyril Ramaphosa a placé aujourd'hui (mardi) le ministre de la Santé, le Dr Zweli Mkhize, en congé spécial", a annoncé la présidence dans un communiqué. "Cette période de congé spécial permettra au ministre de répondre aux allégations et aux enquêtes concernant les contrats entre le ministère de la Santé et un fournisseur de services, Digital Vibes", ajoute la présidence. Fin mai, des médias ont dévoilé que l'ex porte-parole de M. Mkhize, Tahera Mather, et son ancienne assistante personnelle, Naadhira Mitha, auraient touché des millions de rands en paiements irréguliers liés à un contrat de communication. Elles auraient reçu cet argent au nom de la société de communication Digital Vibes, engagée par le ministère de la Santé pour travailler sur la communication publique sur le Covid-19 depuis mars 2020, bien qu'elles ne soient pas enregistrées comme dirigeantes de la société. Le ministre avait reconnu "des irrégularités flagrantes auxquelles il faudra certainement répondre" et réclamé "un peu de temps", ce qui lui avait valu de nombreux sarcasmes. L'Unité des enquêtes spéciales (SIU), chargée de l'enquête, doit être remettre un rapport au président Ramaphosa prochainement. Ministre de la Santé depuis 2018 et visage de la lutte contre la pandémie, Zweli Mkhize, proche du président sud-africain, était promis à un brillant avenir au sein du parti historique au pouvoir, le Congrès national africain (ANC). Certains le voyaient même comme un digne successeur de Cyril Ramaphosa à la tête du pays. Successeur de Jacob Zuma, poussé à la démission en 2018 après une série de scandales, Cyril Ramaphosa a juré d'éradiquer la corruption. L'ANC a récemment mis en oeuvre une nouvelle politique stipulant que tous ses membres accusés de corruption seront exclus.Près de 820 millions d'euros de contrats liés à la lutte contre le Covid font à ce jour l'objet d'enquêtes pour corruption en Afrique du Sud. Les cas de 63 fonctionnaires ont été transmis au procureur national et 87 entreprises ont été inscrites sur une liste noire et ne pourront plus décrocher de contrats publics.La ministre du Tourisme, Mmamoloko Kubayi-Ngubane, assumera les fonctions de ministre de la Santé par intérim jusqu'à nouvel ordre, a précisé la présidence.