Corruption: les directeurs de Shell et Halliburton au Nigeria convoqués

Par La rédaction

LAGOS (AFP)

Les deux responsables de Shell et Halliburton au Nigeria ont été convoqués par les autorités du pays dans le cadre de deux affaires distinctes de corruption, a affirmé mardi un porte-parole l'agence nigériane anticorruption.

"Les directeurs de Shell et Halliburton (au Nigeria, ndlr) doivent se rendre dans nos bureaux de Lagos aujourd'hui pour être interrogés sur des cas de corruption", a affirmé Femi Babafemi.

"21 autres personnes, expatriées et nigérianes, sont également convoquées à Abuja aujourd'hui au sujet de ces scandales", a-t-il ajouté.

Le porte-parole de Shell au Nigeria a déclaré que la compagnie allait coopérer sans souhaiter faire d'autres commentaires.

Les bureaux de Halliburton au Nigeria ont affirmé que personne n'était disponible pour commenter.

Selon le porte-parole, le responsable de Shell sera interrogé sur des accusations de corruption aux Etats-Unis impliquant la société de logistique Panalpina.

Panalpina est au centre d'une large enquête née de soupçons de corruption au Nigeria, en Arabie Saoudite, en Algérie et au Kazakhstan pour faire avancer certaines procédures, par exemple le passage en douane de divers équipements.

Plusieurs clients de Panalpina se sont retrouvés mêlés aux enquêtes menées par le ministère de la justice américain et les autorités boursières (SEC), y compris Shell.Dans le cadre de cette affaire Shell a déjà accepté de verser 48 millions de dollars pour solder les accusations.

Le directeur de Halliburton doit, pour sa part, être interrogé sur un pot-de-vin de 182 millions de dollars dans la construction d'une usine de gaz naturel liquéfié dans le sud du Nigeria, a encore expliqué M. Babafemi.

Les autorités ont déjà perquisitionné les bureaux de Halliburton à Lagos la semaine dernière et arrêté 10 personnes -huit Nigérians et 2 expatriés- qui ont depuis été relâchés alors que l'enquête continue", a affirmé le porte-parole.

La société américaine de services pétroliers Kellogg Brown & Root (KBR) et son ancienne maison-mère Halliburton ont accepté en février 2009 de verser 579 millions de dollars au total après avoir plaidé coupable de corruption au Nigeria dans cette affaire.

En octobre 2010, un tribunal nigérian a également inculpé un ancien conseiller de l'ex-président nigérian Olusegun Obasanjo toujours sur ce dossier.