Côte d'Ivoire: 600 Ivoiriens fuient chaque jour au Liberia

Par La rédaction

GENEVE (AFP)

Quelque 600 Ivoiriens fuient chaque jour leur pays pour se réfugier au Liberia par craintes de violences, a indiqué mardi le Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) qui a enregistré un total de 25.000 réfugiés.

"Il y a désormais quelque 25.000 Ivoiriens au Liberia avec environ 600 arrivées par jour", a expliqué un porte-parole du HCR, Adrian Edwards lors d'un point de presse.

Le dernier bilan du HCR faisait état vendredi de quelque 23.000 réfugiés dans ce pays voisin de la Côte d'Ivoire.

Pour faire face à cet afflux, l'agence onusienne travaille à la mise en place d'un camp d'accueil dans l'est du Liberia, à Bahn près de Saclepea (Comté de Nimbaun) ayant une capacité d'accueil de 18.000 personnes, a ajouté M. Edwards.

Il permettra de relâcher la pression sur les populations de 23 villages situés le long de la frontière qui ont accueilli bon nombre de ces réfugiés, a-t-il précisé.

Ces réfugiés, dont la majorité sont des femmes et des enfants, ont commencé à quitter leur pays après les violences provoquées par le refus de Laurent Gbagbo de céder sa place à son rival Alassane Ouattara, reconnu vainqueur de l'élection présidentielle du 28 novembre par la communauté internationale.

Ils ont raconté au HCR qu'ils fuyaient plus "par peur de violences" que de réelles violences perpétrées contre eux, a encore expliqué le porte-parole du HCR.Selon l'ONU, 210 personnes sont mortes dans des affrontements depuis mi-décembre.

L'agence onusienne basée à Genève fait par ailleurs état de 16.000 personnes déplacées dans les villages de Duékoué (500 km à l'ouest d'Abidjan), Man et Danané dans l'ouest de la Côte d'Ivoire suite à des violences interethniques qui ont fait 14 morts la semaine dernière, selon l'ONU.L'organisation ne fait pas de lien entre ces affrontements et la crise politique.

Au total, le HCR assure disposer actuellement de suffisamment de ressources pour couvrir les besoins de quelque 30.000 personnes au Liberia.

Il se dit également prêt à mobiliser des stocks au Ghana pour 30.000 personnes, si cela s'avère nécessaire.