Côte d'Ivoire: Affi N'Guessan réélu à la tête du parti de Laurent Gbagbo toujours divisé

Par AFP

AFRICA RADIO

Pascal Affi N'Guessan a été réélu pour un mandat de cinq ans, à la tête du Front populaire ivoirien (FPI), le principal parti de l'opposition en Côte d'Ivoire, divisé en deux camps rivaux.

M. Affi 65 ans, seul candidat en lice a été réélu avec plus de 99% des voix exprimées des 4.461 votants, à l'issue de deux jours d'un congrès ordinaire réuni sous le thème: "Mobilisation pour la démocratie et l'alternance en 2020"."Ce congrès nous a permis de nous remobiliser en vue de l'élection présidentielle de 2020, avec l'objectif de reconquérir le pouvoir" a-t-il déclaré, considérant le scrutin présidentiel à venir comme "un moment crucial pour notre pays".Le FPI créé par l'ex-président Laurent Gbagbo traverse une crise qui oppose deux camps rivaux. Pascal Affi N'Guessan, l'actuel président du parti, est contesté par le camp rival d'Aboudramane Sangaré, un proche de Gbagbo, présenté comme le "gardien du temple"."L'unification du parti est en marche (...)ce processus est bien engagé" a affirmé M. Affi, estimant que "beaucoup de frondeurs sont revenus à la maison".Le FPI a également dénoncé, dans une résolution "toute velléité de candidature du chef de l'Etat actuel (Alassane Ouattara) pour un troisième mandat au mépris de la volonté des Ivoiriens" et a appelé à la mise en place "d'une coalition nationale pour créer les conditions de l'alternance en 2020". M. Ouattara a déclaré en juin qu'il n'excluait pas de se présenter pour un troisième mandat, une hypothèse qualifié d'"anticonstitutionnelle par l'opposition.De son côté, la faction dissidente a annoncé l'organisation de son congrès le 4 août prochain à Grand Bassam, près d'Abidjan.Laurent Gbgabo, actuellement jugé par la Cour pénale internationale pour crimes contre l'humanité, va se représenter pour diriger le FPI, a annoncé jeudi son directeur de campagne par intérim Maurice Gnagne Yadou."Laurent Gbgabo a accepté de se porter candidat à la tête du FPI", a déclaré M. Gnagne Yadou lors d'une conférence de presse. Laurent Gbagbo est écroué depuis fin 2011 à La Haye, où il est jugé par la Cour pénale internationale pour "crimes contre l'humanité" présumés commis lors de la crise post-électorale de 2010-2011, qui a fait plus de 3.000 morts en Côte d'Ivoire.