Côte d'Ivoire: Bédié appelle au dialogue mais ne reconnait pas la réélection de Ouattara

31 décembre 2020 à 15h38 par AFP

AFRICA RADIO

Le principal opposant ivoirien, l'ex-chef de l'Etat Henri Konan Bédié, a renouvelé jeudi son appel au dialogue politique, mais se refuse toujours à reconnaître la réélection du président Alassane Ouattara, dans un message de voeux télévisé à la veille du Nouvel An.

Une "majorité écrasante" d'Ivoiriens "ont dit non à la forfaiture du 31 octobre en s'opposant (...) à ce simulacre d'élection pour un troisième mandat inconstitutionnel et illégal", a déclaré le chef du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI), filmé dans sa résidence à Abidjan, encadré par les drapeaux de la Côte d'Ivoire et de son parti.Après plusieurs mois de tensions autour du scrutin présidentiel, marqués par des violences électorales qui ont fait 85 morts et un demi-millier de blessés, des pourparlers officiels ont débuté entre le pouvoir et l'opposition en vue des élections législatives du 6 mars 2021, s'ajoutant à des discussions en coulisses.M. Konan Bédié, 86 ans, affirmant parler "au nom du PDCI et de l'opposition significative", a renouvelé son appel au dialogue politique, qu'il avait déjà lancé le 9 décembre."Le dialogue national me paraît la seule voie pour sortir notre pays de l'impasse", a-t-il lancé dans son message long de 13 minutes, une démarche inédite pour le chef du PDCI qui s'exprimait avant l'allocution traditionnelle du président Ouattara diffusée à 20H00 (locales et GMT).M. Bédié a réitéré l'exigence de l'opposition de "la libération sans condition" de responsables et de militants de l'opposition arrêtés lors de la présidentielle, "pour faciliter le dialogue national".Mercredi, Pascal Affi Nguessan, le porte-parole d'une partie de l'opposition qui avait proclamé un régime de "transition", avec M. Bédié à sa tête, censé remplacer la régime Ouattara, a été libéré sous contrôle judiciaire après presque deux mois de détention préventive, un geste d'apaisement politique du pouvoir en vue des législatives. Il a rendu visite à M. Bédié jeudi, a constaté un journaliste de l'AFP.Le numéro deux du PDCI, Maurice Kakou Guikahue, qui avait été détenu pendant un mois à la prison d'Abidjan, avait déjà été transféré le 11 décembre dans un hôpital, après un malaise cardiaque, puis évacué en France dans la nuit du 19 au 20 décembre, pour y être soigné.Le président Ouattara a indiqué mercredi avoir parlé "à plusieurs occasions ces derniers temps" à Henri Konan Bédié, et qu'ils avaient "convenu de reprendre le dialogue bilatéral dans la deuxième quinzaine du mois de janvier".