Côte d'Ivoire: incendie à la mairie du Plateau, l'investiture du maire reportée

Par AFP

AFRICA RADIO

L'investiture du maire élu du quartier des affaires du Plateau à Abidjan a été reportée jeudi après un incendie à la mairie de cette commune stratégique au centre de fortes tensions lors des municipales d'octobre et sur fond d'accusations de malversations, a constaté l'AFP.

Réputée la plus riche de Côte d'Ivoire, la mairie du Plateau, quartier du pouvoir et des affaires de la capitale économique, avait été l'objet d'une âpre bataille lors des élections municipales du 13 octobre, finalement remportées par Jacques Ehouo, qui concourait pour le Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI - opposition).Le préfet d'Abidjan a "dit que l'investiture devait être reportée à une date ultérieure" en raison de l'incendie qui a détruit une partie des archives de la mairie dans la nuit, a expliqué à l'AFP Jacques Ehouo. Le préfet Vincent Tohbi n'était pas joignable dans l'immédiat.Selon l'entourage de M. Ehouo, l'incendie s'est déclaré à 03H00 du matin et n'a pu être maîtrisé qu'à 07H00. Les archives de 1936 jusqu'à aujourd'hui ont été brûlées, a précisé le maire élu précisant qu'elles avaient toutefois été numérisées.M. Ehouo, qui doit diriger cette commune où de très importants projets immobiliers sont à l'étude, portant sur plusieurs centaines de millions d'euros selon plusieurs sources, a été accusé lundi de détournement de fonds par le maire intérimaire du Plateau.M. Yapi, membre du PDCI mais proche du parti au pouvoir du président Alassane Ouattara, a affirmé avoir déposé plainte contre l'entreprise chargée de l'exploitation et de la gestion des emplacements publicitaires du Plateau dirigée par M. Ehouo. Il a chiffré le préjudice à 6 milliards de francs CFA (9 millions d'euros)."Cette plainte est sans fondement", a répliqué M. Ehouo jeudi auprès de l'AFP.Jacques Yapi avait été nommé maire intérimaire du Plateau après la révocation en août par le gouvernement du maire PDCI Noël Akossi Bendjo, accusé de détournements de fonds.Après le scrutin municipal d'octobre, émaillé d'accusations de fraudes de la part des deux camps, le décompte des résultats avait donné lieu à deux jours de tension. M. Ehouo l'avait finalement emporté face au candidat du parti au pouvoir, Fabrice Sawegnon, réputé proche du couple présidentiel.