Côte d'Ivoire: l'ONU craint l'existence d'un troisième charnier

Par La rédaction

GENEVE (AFP)

Le Haut commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme a expliqué jeudi avoir eu vent de l'existence d'un troisième charnier en Côte d'Ivoire, après deux autres rapportés fin décembre, mais ces informations n'ont pas pu être vérifiées par l'ONU sur place.

"Il y a eu des allégations sur un troisième charnier en Côte d'Ivoire dans un lieu nommé Issia, près de Daloa (centre-ouest)", a expliqué à l'AFP un porte-parole de la Haut commissaire aux droits de l'homme, Rupert Colville.

"Mais l'ONU n'a pas été en mesure d'en vérifier l'existence jusqu'à présent", a-t-il ajouté.

La Haut commissaire, Navy Pillay, avait déjà indiqué le 31 décembre avoir "reçu des rapports relatifs à au moins deux fosses communes" en Côte d'Ivoire sans pouvoir toutefois y accéder.

"Les équipes des Nations Unies ont été empêchées d'accéder aux lieux où auraient été commises ces atrocités et de procéder à des enquêtes", avait alors déploré Mme Pillay.

La Côte d'Ivoire est plongée depuis l'élection présidentielle du 28 novembre dans une crise qui a fait environ 200 morts selon l'ONU, après les violences provoquées par le refus de Laurent Gbagbo de céder sa place à son rival Alassane Ouattara, reconnu vainqueur du scrutin par la communauté internationale.