Côte d'Ivoire: l'option militaire "reste sur la table" pour le camp Ouattara

29 décembre 2010 à 17h36 par La rédaction

ABIDJAN (AFP)

Le gouvernement d'Alassane Ouattara, reconnu comme le président ivoirien à l'extérieur, a affirmé mercredi que "l'option militaire reste sur la table" pour faire partir Laurent Gbagbo du pouvoir, alors que l'un des médiateurs ouest-africains l'a écartée pour le moment.

"La mission des médiateurs n'est pas terminée et pour nous, rien n'a changé", a déclaré à l'AFP Patrick Achi, porte-parole du gouvernement Ouattara.

La mission entamée mardi à Abidjan "a confirmé que Laurent Gbagbo n'est plus président, c'est son départ qui est en train d'être négocié", a-t-il assuré.

La réunion des chefs militaires des pays ouest-africains mardi et mercredi au Nigeria montre que "l'option militaire reste sur la table", a affirmé M. Achi.

Si, au retour des émissaires le 3 janvier à Abidjan, M. Gbagbo "dit qu'il ne part pas pacifiquement, l'option militaire n'est pas exclue", a-t-il insisté.

"Si le Cap-Vert dit que l'intervention militaire est écartée, il doit certainement avoir des informations selon lesquelles Laurent Gbagbo est prêt à partir pacifiquement du pouvoir", a-t-il dit.

Une "intervention militaire", dont la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) a brandi la menace contre M. Gbagbo depuis la semaine dernière, "semble heureusement écartée pour le moment", a déclaré à l'AFP le secrétaire d'Etat aux Affaires Etrangères du Cap-Vert, Jorge Borges.

Il faisait partie de la délégation capverdienne conduite par le président Pedro Pires, qui avec ses homologues béninois Boni Yayi et sierra-léonais Ernest Koroma a été envoyé mardi par la Cédéao pour appeler M. Gbagbo à céder le pouvoir à M. Ouattara.

La Cédéao (15 pays) a décidé de poursuivre les discussions au cours des prochains jours.