Côte d'Ivoire: la présidentielle officiellement fixée au 31 octobre

Par AFP

AFRICA RADIO

Le premier tour de l'élection présidentielle en Côte d'Ivoire, a été officiellement fixé au 31 octobre, a annoncé mercredi le gouvernement dans un communiqué.

"Le collège électoral de la république de Côte d'Ivoire est convoqué, le samedi 31 octobre 2020, de 8 heures à 18 heures en vue de l'élection du président de la République", selon un décret adopté en conseil des ministres, confirmant la date évoquée par les autorités depuis plusieurs mois."La campagne électorale est ouverte le jeudi 15 octobre 2020 à 0 heure et close le jeudi 29 octobre 2020 à minuit, d'après le texte.Cette annonce survient près d'une semaine après des manifestations violentes liées à l'annonce de la candidature controversée du président Alassane Ouattara pour un troisième mandat, qui ont dégénéré en violences pendant trois jours, faisant six morts et une centaine de blessés.Le président Alassane Ouattara, 78 ans, élu en 2010 puis réélu en 2015, avait annoncé dans un premier temps en mars passer le relais à son Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, décédé le 8 juillet d'un infarctus.M. Ouattara a ensuite annoncé le 6 août qu'il briguerait finalement un troisième mandat.La Constitution limite à deux les mandats présidentiels, mais opposition et pouvoir sont en désaccord sur l'interprétation de la réforme adoptée en 2016: les partisans de Ouattara affirment qu'elle a remis le compteur des mandats à zéro, ses adversaires jugent anticonstitutionnelle une troisième candidature.L'ex-président Henri Konan Bédié, 86 ans, qui avait soutenu Alassane Ouattara en 2010 et 2015 et attendait que ce dernier lui rende la pareille en 2020, a déjà été désigné candidat à la présidentielle du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI), principal mouvement d'opposition.Deux anciens alliés du président Ouattara et ex-ministres ont également fait acte de candidature: Marcel Amon Tanoh et Albert Mabri Toikeusse.L'opposant Pascal Affi N'Guessan, ancien proche de l'ex-président Laurent Gbagbo est également candidat.La situation se tend de plus en plus à l'approche du scrutin du 31 octobre, dix ans après la crise née de la présidentielle de 2010, qui avait fait 3.000 morts et vu Alassane Ouattara accéder au pouvoir.