Côte d'Ivoire: la réquisition d'agences BCEAO, un "braquage" selon le camp Ouattara

Par La rédaction

ABIDJAN (AFP)

La réquisition des agences ivoiriennes de la Banque centrale des Etats d'Afrique de l'Ouest (BCEAO) par le gouvernement du président sortant ivoirien Laurent Gbagbo s'apparente à "un braquage", a dénoncé jeudi le camp de son rival Alassane Ouattara.

"Une réquisition qui est faite par un pouvoir totalement illégitime et qui n'est pas habilité à prendre ce genre de décision, c'est véritablement un braquage", a affirmé Patrick Achi, porte-parole du gouvernement Ouattara.

M. Gbagbo, en pleine bataille avec M. Ouattara pour le contrôle de l'économie du pays, a ordonné mercredi cette réquisition, mais la BCEAO, dont le siège est à Dakar, a protesté et annoncé la fermeture des agences ivoiriennes, comme l'avait ordonné le gouvernement Ouattara.

"Les ressources qui existent dans les coffres (...) vont être pillées.(...) Heureusement ça aurait pu être pire", car la BCEAO "gérait ces ressources vraiment à des niveaux les plus bas", a ajouté M. Achi lors d'une conférence de presse au Golf hôtel d'Abidjan où est retranché le camp Ouattara.

"Cette question de réquisition (...) n'est pas anodine.Elle nous prépare un chaos économique sans nom dans ce pays et certainement dans la sous-région", a averti le porte-parole, souhaitant rapidement la libération des locaux.

Ces développements surviennent après la démission forcée samedi du gouverneur ivoirien de la BCEAO, Philippe-Henry Dacoury-Tabley, proche de M. Gbagbo et accusé de ne pas avoir appliqué une décision de l'Uémoa de donner à M. Ouattara - qu'elle estime seul président légitime - la signature à la BCEAO au nom de son pays.

M. Dacoury-Tabley a été accusé d'avoir autorisé le décaissement de quelque 60 milliards de francs CFA (91,5 millions d'euros) en faveur du régime Gbagbo.

Depuis la présidentielle du 28 novembre, MM.Gbagbo et Ouattara revendiquent chacun la victoire.M. Ouattara a été reconnu président par la quasi-totalité de la communauté internationale, qui presse le chef d'Etat sortant de quitter le pouvoir, ce qu'il refuse.