Côte d'Ivoire: le candidat du PDCI à la présidentielle désigné fin juillet, nouvelle date

5 juin 2020 à 10h55 par AFP

AFRICA RADIO

Le PDCI, poids lourd de l'opposition en Côte d'Ivoire, désignera son candidat à la présidentielle d'octobre les 25 et 26 juillet lors d'une "convention éclatée", a annoncé son bureau politique vendredi.

Initialement, la convention devait se tenir du 12 au 14 juin à Abidjan, mais la pandémie du coronavirus a conduit le parti a changer ses dates, selon des membres du parti. Pour des raisons sanitaires, la convention "éclatée" de juillet aura lieu dans les "30 régions du pays". Un comité a été mis en place afin d'enregistrer les candidats à la l'investiture. Les postulants retenus auront une semaine pour battre campagne avant la convention.L'ancien président Henri Konan Bédié, 85 ans, entretient le mystère sur son éventuelle candidature."Nous sommes dans un contexte particulier qui impose qu'on ait une personnalité sage. Nous pensons que la candidature du président Bédié n'est pas un affront à la jeunesse, mais c'est pour résoudre un problème du moment. C'est une candidature consensuelle et de circonstance", a affirmé N'Goran Djédri, membre influent du bureau politique du PDCI. Dans les couloirs du PDCI, plusieurs noms de "jeunes" circulent. L'ancien ministre, Jean-Louis Billon, homme d'affaires à la tête d'un holding familial dans l'agroalimentaire qui est un des plus gros employeurs de Côte d'Ivoire, a déjà évoqué sa candidature. Le nom de Thiery Tanoh, ancien ministre et banquier a aussi été cité alors que beaucoup avancent le nom de Tidjane Thiam, l'ancien directeur du Crédit Suisse, petit neveu de l'ancien président Félix Houphouët Boigny.Au-delà du PDCI, deux candidats à la présidentielle se sont déjà déclarés. Le parti au pouvoir a désigné en mars le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, qui se trouve en France depuis le début du mois de mai en raison de problèmes cardiaques.L'ancien chef rebelle Guillaume Soro, ex-allié du président Alassane Ouattara, s'était déclaré le premier mais fait face à plusieurs procédures judiciaires dont une condamnation à 20 ans de prison et vit en exil en France. Dix ans après la crise post-électorale de 2010-2011 qui avait fait quelque 3.000 morts, la présidentielle d'octobre 2020 s'annonce tendue. Les élections municipales et régionales de 2018 avaient été marquées par de nombreuses violences et des fraudes.La date limite pour le dépôt des candidatures est le 28 juillet.Les inscriptions sur les listes électorales auront lieu du 10 au 24 juin dans 10.000 centres de recensement. En 2015, 6,6 millions de personnes étaient inscrites pour la présidentielle et la commission électorale table sur 10,6 millions en octobre.