Côte d'Ivoire: le chef des Jeunes patriotes, Blé Goudé, prône la "réconciliation"

Par La rédaction

ABIDJAN (AFP)

Charles Blé Goudé, proche de l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, sort de son silence et se dit prêt à participer à la "réconciliation" après la crise post-électorale qui a ensanglanté le pays, dans un entretien à l'hebdomadaire Jeune Afrique publié lundi.

Le chef des "jeunes patriotes", farouches partisans du président déchu, n'avait pas donné signe de vie depuis l'arrestation de M. Gbagbo le 11 avril par les troupes d'Alassane Ouattara, investi président fin mai.

Le gouvernement avait annoncé son arrestation avant de se rétracter.Certains médias l'avaient donné pour mort.

Les "folles rumeurs" concernant sa prétendue mort "ont été diffusées pour décourager nos militants", affirme-t-il.

"Voilà pourquoi je donne de la voix: pour montrer que je suis vivant et faire savoir ce que vivent chaque jour les Ivoiriens.Ils sont pillés, violés, pris en otages, tués...", poursuit celui que ses partisans surnomment "général de la rue" pour sa capacité à mobiliser la jeunesse sous la décennie Gbagbo.

"Les survivants de cette guerre ont un devoir, faire la réconciliation.Pour cela, il faut calmer les extrémistes des deux camps", avance-t-il, se disant "bien sûr" prêt à discuter avec le nouveau pouvoir et à l'"aider".

Si la réconciliation compte parmi les priorités de M. Ouattara, certains dans son camp souhaitent pourtant que Charles Blé Goudé soit poursuivi, notamment pour avoir armé des jeunes, ce qu'il dément.

"Les Ivoiriens doivent se parler et les acteurs politiques - au pouvoir ou dans l'opposition - doivent reconnaître leur part de responsabilité" dans la crise, juge-t-il encore.

"Les armes ont parlé", constate-t-il en guise de bilan de la crise née du refus de Laurent Gbagbo de céder le pouvoir après sa défaite au scrutin de novembre 2010, et des dix jours de guerre dans Abidjan qui ont conduit à sa chute.

La France "a livré Laurent Gbagbo aux forces de M. Ouattara", accuse M. Blé Goudé, connu pour son hostilité à l'ex-puissance coloniale.Il réclame la libération de l'ancien président et de l'ex-première dame Simone Gbagbo, en résidence surveillée dans le nord du pays.

Selon des sources concordantes, Charles Blé Goudé se trouverait actuellement hors de Côte d'Ivoire.Le Ghana, où sont exilés nombre de caciques de l'ancien régime, est souvent cité.

Il assure ne pouvoir dire où il se trouve "pour des raisons de sécurité" mais promet: "dès que les conditions seront réunies, je réapparaîtrai..."