Côte d'Ivoire: les écoles toujours fermées à Bouaké après des violences

Par AFP

AFRICA RADIO

Les écoles sont restées fermées comme la veille vendredi à Bouaké, deuxième ville de Côte d'Ivoire, pour protester contre les violences de gardes pénitentiaires contre des étudiants.

Huit étudiants ont été blessés, dont cinq par balle, mercredi soir, lorsque des gardes pénitentiaires ont investi leur campus et ouvert le feu à la suite d'une rixe dans un bar, selon un bilan donné par le procureur de Bouaké jeudi soir.Deux gardes pénitentiaires ont aussi été blessés dans la bagarre générale qui s'en est suivie sur le campus.Dans deux lycées ainsi que dans plusieurs écoles primaires, des élèves ont demandé à leurs camarades de regagner leur domicile, a rapporté un correspondant de l'AFP."Nous avons ordonné que les élèves et écoliers rentrent chez eux. Les cours reprendront lundi", le temps que des négociations s'engagent, a déclaré à l'AFP Le secrétaire national chargé de l'organisation du Comité des élèves et étudiants de Côte d'Ivoire (CEECI), Moustapha Ben Diomandé.Le CEECI réclame le déménagement de la prison de Bouaké et des logements des gardes pénitentiaires actuellement situés en face du campus II de l'université Alassane Ouattara, dans l'ouest de Bouaké, pour mettre fin aux incidents récurrents.Le porte-parole du CEECI, Nanmogo Koné, avait fait part jeudi d'un bilan de "onze blessés dont certains par balle et d'autres au couteau et à la machette" parmi les étudiants.Ville chroniquement instable, Bouaké a connu en 2017 des mutineries de soldats qui ont ébranlé la Côte d'Ivoire.Cette agglomération d'un million d'habitants a été la capitale de la rébellion qui a contrôlé la moitié nord de la Cote d'Ivoire entre 2002 et 2011.