Côte d'Ivoire: réouverture de la première mine de bauxite

5 décembre 2020 à 14h41 par AFP

AFRICA RADIO

Les activités ont repris dans la première mine de bauxite en Côte d'Ivoire, un gisement à fort potentiel, après trois mois de fermeture en raison des violences électorales dans ce pays d'Afrique de l'ouest, a annoncé samedi son dirigeant.

"Le travail a repris, les expatriés (Européens, Asiatiques et Américains) sont de retour. Nous sommes en train de procéder à la maintenance de l'outil de production", a déclaré à l'AFP Moumouni Bictogo, le PDG de Lagune exploitation Bongouanou (LEB), la société qui gère la mine de Bénéné.La sécurité de la mine située dans le centre-est du pays, épicentre des violences liées à l'élection présidentielle du 31 octobre, a été "renforcée", a précisé M. Bictogo, rappelant que "cet arrêt depuis le mois d'août, en plus des difficultés du Covid, ont occasionné une perte de cinq milliards de FCFA (7,6 millions d'euros) de chiffre d'affaires."Nous avons débuté en 2019 l'exploitation de la mine et on espérait un pic de développement en 2020, malheureusement les événements successifs ont ralenti nos objectifs, notamment les exportations vers les raffineries extérieures", a-t-il expliqué. "Nous comptons atteindre notre vitesse de croisière pas avant le premier trimestre 2021 et produire plus de deux millions de tonnes de bauxite brute dans les deux prochaines années", a-t-il poursuivi.LEB prévoit également de transformer 100.000 tonnes de bauxite brute par mois dès la troisième année, à travers un procédé de calcination, pour en extraire un produit semi-fini à très forte valeur ajoutée. Etendu sur une superficie de 13.000 hectares, le gisement de bauxite de Bénéné a un potentiel de 245 millions de tonnes. La mine, qui emploie 200 personnes actuellement, vise 1.250 emplois avec son projet de transformation.Les violences électorales ont fait au moins 85 morts et près de 500 blessés depuis août, selon un bilan officiel. Le président ivoirien Alassane Ouattara a été réélu le 31 octobre pour un troisième mandat controversé face à une opposition qui a boycotté le scrutin et appelé à la "désobéissance civile". Le sous-sol ivoirien contient des minerais très divers comme l'or (cinq mines), le diamant, le fer, le nickel, le manganèse (quatre mines), la bauxite ou encore le cuivre. Seul l'or était jusque-là exploité industriellement.L'activité minière contribue à 5% du produit intérieur brut de la Côte d'Ivoire.