Côte d'Ivoire: un meeting de l'opposition empêché pendant la visite de Macron

16 décembre 2019 à 20h20 par AFP

AFRICA RADIO

Un meeting de l'opposition, qui devait se dérouler samedi, lors de la visite en Côte d'Ivoire du président français Emmanuel Macron, a été de facto interdit par les autorités ivoiriennes, selon un arrêté transmis à l'AFP lundi.

La mairie de Yopougon, grande commune populaire d'Abidjan réputée acquise à l'opposition, a pris un arrêté "interdisant toutes manifestations publiques pouvant entraîner des mouvements de foule sur les espaces ouverts de la commune", "du 16 décembre 2019 au 5 janvier 2020".L'arrêté est signé du maire Gilbert Koné Kafana, qui appartient au parti au pouvoir du président Alassane Ouattara. Or deux coalitions d'opposition, la Coalition pour la démocratie, la réconciliation et la paix (CRDP) et Ensemble pour la démocratie et la souveraineté (EDS), avaient appelé à un meeting commun sur la grande place Ficgayo de Yopougon, à moins d'un an de l'élection présidentielle d'octobre 2020. La mairie avait déjà refusé une première date pour ce meeting, le 14 décembre, expliquant que la place était déjà prise par une autre manifestation. "Ils veulent fermer la bouche à tout opposant à l'occasion de l'arrivée de Macron. Quel trouble à l'ordre public ? C'est un meeting. Cette interdiction est une manoeuvre politicienne", a réagi auprès de l'AFP un cadre du Front populaire ivoirien (FPI, opposition).La CRDP a été lancé à l'initiative du premier parti d'opposition ivoirien, le Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI), dirigé par l'ex-président Henri Konan Bédié. EDS est proche du FPI, l'autre grand parti d'opposition de l'ex-président Laurent Gbagbo.Peuplée de deux millions d'habitants, Yopougon est réputée être un bastion du FPI. Mais ce parti avait boycotté les dernières élections municipales en 2018, et la mairie était revenue au parti au pouvoir.Emmanuel Macron doit se rendre en Côte d'Ivoire du 20 au 22 décembre, pour célébrer les fêtes de fin d'année en compagnie des forces françaises stationnées dans le pays et renforcer les relations bilatérales.