Covid-19: l'OMS avertit d'une augmentation des cas en Méditerranée orientale

7 juillet 2021 à 14h27 par AFP

AFRICA RADIO

Le bureau de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) en Méditerranée orientale a averti mercredi d'une augmentation des cas de coronavirus dans sa région, en raison notamment de la propagation du variant Delta.


Les cas de Covid-19 "sont en augmentation après deux mois de déclin constant, et nous voyons de nouveau des pays lutter pour contenir l'infection et protéger leurs populations", a indiqué lors d'une conférence de presse virtuelle Ahmed Al-Mandhari, le directeur régional de l'OMS, dont la région couvre plus d'une vingtaine de pays entre le Maroc et le Pakistan.Plus de 11 millions de cas ont été enregistrés depuis le début de l'épidémie en 2020 dans la région, dont 219.850 décès, selon l'OMS.Certains pays y ont enregistré ces derniers jours un nombre de décès quotidiens sans précédent depuis le début de la pandémie. Ainsi, en Tunisie, le bilan a été porté à plus de 15.000 morts pour 12 millions d'habitants, et plus de 600 personnes sont actuellement en réanimation. Le nombre officiel de cas total dépasse les 445.000.Pays du Proche et du Moyen-Orient le plus touché par le Covid-19, l'Iran fait face depuis la fin du mois de mars à ce que les autorités présentent comme une "quatrième vague" de l'épidémie. "Malgré tous les efforts, nous observons une moyenne hebdomadaire de nouveau cas et de décès plus élevée à travers la région, comparé à la même époque l'an dernier", a estimé le Dr Al-Mandhari, sans citer de chiffres précis."La propagation rapide du variant Delta contribue à une augmentation de la transmission de la maladie à la fois dans le monde et dans notre région", a-t-il expliqué, ajoutant que le variant Delta avait été détecté dans 13 des pays de la région Méditerranée orientale.Par ailleurs, le Dr Al-Mandhari a cité la faible distribution des vaccins dans la région comme une autre cause de la hausse actuelle des cas, soulignant que "les vaccins ne sont toujours pas distribués de façon juste et équitable". Selon lui, "plus de 500 millions de doses sont toujours nécessaires pour vacciner au moins 40% de la population de chaque pays de la région d'ici à la fin de l'année".