Covid-19: la RDC salue deux "produits congolais", l'OMS prudente

Par AFP

AFRICA RADIO

Le président de la République démocratique du Congo Félix Tshisekedi a récemment salué deux "produits congolais" face au nouveau coronavirus, suscitant une réaction prudente de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

"Le vaccin est un passage obligé. Mais nous privilégions aussi le traitement curatif. Je crois que nous avons deux produits qui promettent en tout cas par les premiers résultats qu'ils montrent. Ce sont des produits congolais. Nous allons en faire la promotion", avait déclaré le chef de l'État le 11 janvier.L'un de ces produits, le "Manacovid" se vend en pharmacie sans ordonnance à Kinshasa à raison de 110 dollars le flacon, avait constaté dès décembre une journaliste de l'AFP. Une somme astronomique dans un pays où les 2/3 de la population vit avec moins de deux dollars par jour."Le médicament Manacovid est fabriqué à base des plantes médicinales locales", affirme celui qui se présente comme son inventeur, Étienne-Flaubert Batangu Mpesa, du centre de recherche pharmaceutique de Luozi (CRPL), dans la province du Kongo-Central.Le Manacovid a reçu une "autorisation de mise sur le marché" d'une durée de cinq ans, selon un document officiel consulté par l'AFP.Dans une lettre du 7 janvier, le ministre congolais de la Santé, Eteni Longondo a salué les résultats "des essais cliniques réalisés" dans un hôpital.Le ministère de la Santé "vous accompagnera pour la suite du processus", ajoute le ministre à l'intention du découvreur du Manacovid.L'OMS a accueilli ces annonces avec prudence. L'agence onusienne "n'a pas encore été formellement approchée par l'inventeur du produit ou par les autorités congolaises", a indiqué jeudi à l'AFP la direction Afrique de l'OMS, basée à Brazzaville."Cependant, suite à la déclaration (...) du président Tshisekedi au début de ce mois, nous avons entrepris de rassembler des informations à ce sujet", a ajouté cette source. "Nous avons également alerté le Comité régional d'experts sur la médecine traditionnelle pour la Covid-19, qui a été mis en place par l'OMS et le CDC (Center of Desease Control) Afrique l'année dernière"."Les essais cliniques sont essentiels pour fournir des preuves scientifiques sur la sécurité, l'efficacité et la qualité de tous les médicaments, que l'approche soit traditionnelle ou moderne", souligne l'OMS.Un autre produit, nommé "Articovid", à base de la plante artémisia, a été présenté à la presse congolaise la semaine dernière par son découvreur, Jérôme Munyangi, qui se présente comme "médecin et chercheur". M. Munyangi veut saisir le ministère de la Santé "pour son autorisation de mise sur le marché ou pour son homologation".En mars 2020, le président malgache Andry Rajoelina, avait fait la promotion d'une tisane locale à base d'artemisia, Covid organics, supposée combattre le Covid-19. En mai, l'OMS avait mis en garde contre toute tentation de promouvoir sans test scientifique la potion vantée par Andry Rajoelina. La tisane Covid Organics a également été envoyée dans plusieurs pays, essentiellement africains, dont certains l'ont jugée peu fiable.La RDC a enregistré 21.597 cas de Covid-19, avec 647 décès depuis mars 2020, selon les derniers chiffres officiels.