Darfour: 40 morts dans des combats entre rébellion unie et armée

25 décembre 2010 à 10h18 par La rédaction

KHARTOUM (AFP)

De nouveaux affrontements vendredi entre les forces gouvernementales et une alliance de groupes rebelles ont fait jusqu'à 40 morts au sein de la rébellion, a annoncé samedi l'armée soudanaise, un bilan contesté par les insurgés.

"L'armée a attaqué et défait l'Alliance des forces de la résistance formée par le Mouvement pour la justice et l'égalité (JEM) et l'Armée de libération du Soudan de Minni Minnawi (SLA-Minnawi)", a déclaré le porte-parole officiel de l'armée soudanaise, Sawarmi Khaled Saad, selon l'agence officielle Suna.

Les affrontements sont survenus vendredi en fin de journée dans le secteur de Shangil Tobaya, à environ 65 kilomètres au sud d'El-Facher, la capitale historique du Darfour, région de l'ouest du Soudan en proie depuis sept ans à une guerre civile complexe.

"Parmi les rebelles, il y a eu 40 morts et de nombreux blessés", a ajouté ce responsable militaire, précisant que deux soldats étaient tombés au combat et que 13 autres étaient blessés.

Ce bilan a été contesté par la rébellion, qui a revendiqué la victoire et fait état "de deux morts et de quelques blessés" dans ses rangs, selon un communiqué transmis à l'AFP.

Il s'agissait de la deuxième journée consécutive de combats dans cette région du Darfour entre l'armée soudanaise et "l'Alliances des forces de la résistance", une coalition d'au moins deux des principaux groupe rebelles de la région, le JEM et le SLA-Minnawi.

Le JEM affirme que l'autre branche du SLA, celle dirigée par l'influent Abdelwahid Mohammed Nour, a rejoint les rangs de l'alliance.Un haut responsable du SLA-Abdelwahid a précisé à l'AFP que des discussions à ce propos étaient en cours, mais qu'elles n'avaient pas encore abouti.

Minni Minnawi est le seul chef rebelle à avoir signé la paix avec Khartoum, en mai 2006, mais il est redevenu récemment un ennemi du gouvernement soudanais.

Des affrontements récents au Darfour ont forcé le déplacement de 18.000 personnes à Khor Abeche et de 14.000 à Shangil Tobaya, selon un nouveau bilan de la mission de paix ONU-Union africaine (Minuad).